Fantastic Children

Clairmont, 1901. Cinq enfants aux cheveux argentés découvrent que celle qu’ils recherchaient vient de mourir.
En 2011, Thoma et Chitto décident de venir en aide à une jeune orpheline qui tente de découvrir d’où elle vient ; son seul indice est une image énigmatique qu’elle n’arrête pas de dessiner.

Thoma est un jeune garçon dynamique, qui vit avec ses parents sur l’île Papan. Sa vie tranquille n’est faite que de jeux, jusqu’à ce qu’il croise Helga, une étrange fillette de son âge, échappée de son orphelinat. Rattrapée, il décide de lui venir en aide, accompagné de Chitto, un autre pensionnaire de l’orphelinat.
Dans le même temps, un inspecteur de police enquête sur la mystérieuse disparition de cinq enfants aux cheveux argentés.

Titre Original : Fantastic Children
Titre Japonais : ファンタジックチルドレン
Genre : Drame
Année de Production : 2004
Durée : 26 x 24 mn

Auteur : Takashi Nakamura
Réalisateur : Takashi Nakamura
Studio : Nippon Animation
Chara Designer : Takashi Nakamura
Directeur artistique : Nizo Yamamoto
Musiques : Kouji Ueno
Distribution / Licence France : Beez

Opening : « Voyage  » par Inori
Ending : « Mizu no Madoromi  » par Origa

Comme je ne dois surtout pas vous révéler les secrets de cet anime, je vais faire une critique correspondant à mon visionnage, point par point.
Quand cet anime commence, je découvre tout d’abord un générique et un graphisme magnifiques, flanqués d’un chara design étrange mais non dénué de charme, et enfin une énigme à travers le temps. Autant dire que le scénario s’avère vite tortueux, et rempli de questions. Le rythme du début est TRES lent (oubliez tout ce que vous pensiez savoir de la lenteur dans les animes, celui-ci est pire), mais jamais je n’ai pensé l’arrêter pour autant, car j’ai été absorbé par les méandres de l’histoire, les interrogations qu’elle génère, et la détresse des personnages.
Puis vient le temps des révélations, et des premières réponses aux énigmes de cette série. Et là, je ne pourrais pas dire que j’ai été déçu, loin de là : Fantastic Children dévoilent des concepts excellents et des idées géniales, vraiment originales, qui m’ont laissé sans voix. Hélas, c’est assez paradoxal, car c’est aussi à ce moment que le scénario dévoile ses premières failles : confusion, incohérences, non dits, manque de logique, et problèmes chronologiques majeurs ; c’est effrayant. Cela ne veut pas dire pour autant que l’anime perd tout intérêt, et c’est justement ça qui est étrange : la qualité intrasèque de son histoire est telle que j’étais prêt à passer sur tout cela.
Malheureusement, la suite ne rattrape pas vraiment ces bourdes ; il y a de bons moments, avec notamment une fin magnifique et tragique, mais les nouvelles questions qu’elle soulève ne trouvent pas de réponses, et heureusement car elles auraient certainement fait apparaître de nouvelles incohérences.
Je ne vais pas parler de déception concernant Fantastic Children, car scénaristiquement parlant il y a de vraies trouvailles – c’est un anime qui sort des sentiers battus et des schémas caricaturaux – mais il y a de nombreux points qu’il aurait fallu revoir, qui sont à l’origine de failles grossières dans l’histoire. Ce n’est toujours pas la série exceptionnelle que j’attends, mais elle en est vraiment proche.

Dessins / Animation :
L’animation est fluide (sauf dans quelques phases trop orientées action), et les décors sont de pures merveilles graphiques, un régal pour les yeux. Seul le chara design ferait presque tâche, mais je m’y suis personnellement habitué très vite.

Histoire / Scénario :
Des idées, des trouvailles, et des concepts exceptionnels ; cet anime ne ressemble pas aux autres animes. Mais que d’incohérences dans ce scénario ! C’en serait presque du gâchis. Néanmoins, la qualité de son histoire est telle que cela permettrait presque de passer sur tous ces problèmes.

Musique :
Quand je dis que Fantastic Children est un anime paradoxal, cela vaut aussi pour les musiques. Alors que je suis rarement séduit par les génériques, ceux-ci sont typés, originaux, et magnifiques. Mais en parallèle, les BGM sont insignifiantes, voire mauvaises, à part quelques thèmes au piano ou au violon, rares, qui mais qui ne mériteraient même pas une écoute hors anime.

Fun / Intérêt :
Ce n’est toujours pas la série d’exception que j’attends depuis plus d’un an. Faute d’un scénario « irréprochable », et ce malgré son originalité et sa créativité, Fantastic Children n’arrive pas vraiment à se démarquer. Je suis un peu déçu, car il y avait vraiment quelques points aisément corrigeables ; et là, cet anime serait devenu génial. Mais c’est vraiment une série à découvrir tout de même, malgré ses défauts.

Publicités
Cet article, publié dans La Zone, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fantastic Children

  1. Maximo dit :

    J’en ai effectivement garder un bon souvenir de cette série. J’ai adoré les les génériques.

    Je l’ai regardée en 2005, donc je ne souviens pas vraiment des problèmes scénaristiques. Mais si il y en a un en particulier, c’est probablement au niveau le nombre d’années écoulées entre le début et la fin de l’histoire, non?
    (en voulant resté vague)

    J'aime

  2. gemini dit :

    Maximo >> Je ne sais plus du tout où se situent les problèmes ^^’ J’ai écrit cet article il y a des lustres. Je sais seulement que problème il y a.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s