La pomme, le remède miracle ?

Il y a quelques années, sur un forum consacré à l’animation et aux manga que je fréquentais assidument, un des habitués a posé cette question saugrenue de prime abord : pourquoi, dans un anime, les personnages offrent-ils aussi souvent des pommes aux malades ? A croire que ce fruit est considéré au Japon comme un médicament fabuleux.

C’est quelque chose qu’il avait remarqué à force de regarder des animes : si quelqu’un est à l’hôpital, il y aura souvent une personne dans son entourage pour lui préparer une pomme. Pour ma part, j’ai bien souvenir de quelques exemples, notamment dans Mai HiME, mais je ne voyais pas cela comme un élément récurrent. Néanmoins, compte-tenu des quantités effarantes d’anime qu’il pouvait consommer, il n’a sans doute pas poser cette question au hasard (un peu comme lorsque j’ai demandé à un réalisateur nippon pourquoi les caleçons étaient toujours bleus à rayures blanches).

Une pomme, cela n’a l’air de rien comme ça. Certes, c’est bourré de vitamines – enfin pas plus qu’une orange ou qu’une botte de persil – donc cela peut difficilement faire de mal à un patient. Pourtant, il existe bien deux raisons qui en font un cadeau à part.
La première, c’est l’attention que demande une pomme. En effet, en France, nous mangeons une pomme – et n’importe quel fruit – sans trop y réfléchir, nous n’hésitons pas à croquer dedans ou à la transporter dans notre sac, comme dessert ou comme en-cas. Au Japon, le fruit est un produit qui se prépare, qu’il faut présenter de manière à marquer le coup, et qui ne se consomme pour ainsi dire jamais brut. Dans ces fameuses scènes d’hôpital, il n’est donc pas rare de voir la personne apportant une pomme la peler délicatement, la couper en quartier, voire – le nec plus ultra – donner aux quartiers une apparence rigolote, de préférence celle d’un lapin. Cela exige doigté et patience, afin d’obtenir un résultat impeccable, et montrer à quel point elle tient au malade. Cela dénote donc de l’affection qui existe entre ces deux individus.

Une pomme, c’est aussi un produit relativement luxueux, parfois plusieurs euros pour une seule. Pourquoi ? A vrai dire, tous les fruits sont chers au Japon. Non seulement car ils ne sont pas jugés comme des aliments de base, mais aussi à cause des spécificités du marché japonais du fruit.
Les Japonais privilégient les produits locaux, par opposition aux produits importés. Néanmoins, les surfaces disponibles pour les cultures fruitières étant limitées, la main d’œuvre onéreuse, et les conditions climatiques capricieuses, cela aura un impact sur le prix final. Sans compter qu’ils jettent une partie de leur production pour ne garder que des fruits les plus calibrés possibles, et que la vente s’effectue essentiellement via les supermarchés, ce qui suppose plusieurs intermédiaires et des coûts supplémentaires.
Et l’import ? Grâce au protectionnisme imposé par le gouvernement et les taxes qui en découlent, les prix ne sont pas très différents entre une pomme japonaise et une chinoise ; et de toute façon, la plupart des Japonais préféreront, comme indiqué tantôt, une production nippone.

Après, pourquoi spécifiquement une pomme ? Pour la possibilité de la sculpter, ce qui serait impossible avec une orange ? Je crois que nous pouvons faire un parallèle avec mon histoire de caleçon de toute à l’heure : le réalisateur en question m’avait répondu qu’il s’agissait d’une habitude, d’une sorte de norme dans l’animation japonaise à laquelle plus personne ne fait attention et à laquelle ils recourent sans même y réfléchir. Si je ne doute pas qu’un fruit ou une corbeille soit quelque chose qu’un Japonais puisse offrir à un malade, je pense que le choix de la pomme est plus une commodité qu’autre chose pour un auteur. Et cela permet de faire des petits lapins.
Quoi qu’il en soit, il est peu probable que la pomme soit effectivement considérée comme un remède miracle ; il s’agirait plus d’un témoignage d’affection, dans la mesure où ce cadeau pourtant simple et nutritif représente une somme déjà conséquente, et car il nécessite de la part de son acheteur un soin particulier avant d’être servi.

Publicités
Cet article, publié dans Culture G, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La pomme, le remède miracle ?

  1. Rukawa dit :

    Apple, c’est de la merde.

    J'aime

  2. Gemini dit :

    Mais Sharon Apple, elle est bonne.

    J'aime

  3. Natth dit :

    J’en ai vu dans Yami no Matsuei aussi. J’ai dû en voir ailleurs, mais je ne pourrais pas dire où. Il n’y en avait pas dans Haibane Renmei ou Utena ? Ce n’est pas le nombre de fois que j’ai assisté à cette scène qui m’a marqué, mais plutôt la façon de découper la pomme. C’est effectivement surprenant comparé aux habitudes françaises.

    J'aime

  4. toturi dit :

    « An apple a day keeps the doctor away »

    Et puis Holo la louve en mange de façon si … gourmande!

    J'aime

  5. Xanatos dit :

    TROLL MICROSOFT ON

    J’ai toujours largement préféré Apple à Microsoft.
    D’ailleurs une de mes scènes favorites du film de South Park est celle où le Général descend cette pourriture de Bill Gates, nyark nyark !!!

    TROLL MICROSOFT OFF

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s