Molly Hayes

Dans la série « ces personnages de comics qui méritent que nous parlions d’eux », je vous propose de découvrir la charmante Molly Hayes. Croyez-moi, vous n’allez pas le regretter.

En 2009, Molly Hayes a été élue 4ème héroïne la plus coriace de l’univers Marvel, juste après Rogue, Ms Marvel, et She-Hulk. Cela suffit à vous poser le personnage. Et si elle n’est pas première, cela tient probablement au fait que nous ne la voyons que trop rarement.
Il faut dire que niveau pouvoir, elle se défend bien. Et pour cause, la nature et un scénariste taquin ont attribué à cette gamine charmante – quoique parfois exaspérante – une force colossale et l’invulnérabilité. L’étendue véritable de sa force reste inconnue, puisque ce qu’elle en a montré jusqu’à présent lui a toujours permis de se sortir de toutes les situations et d’envoyer sur orbite n’importe qui ; selon certaines sources, elle pourrait rivaliser avec Hulk. Elle possède néanmoins une faiblesse de taille : l’usage de ses pouvoirs la fatigue très vite, et il n’est pas rare qu’elle s’endorme en plein combat ; toutefois, la prise de substances psycho-stimulantes – comme la caféine – lui permet de rester active beaucoup plus longtemps, ce qui la rend beaucoup plus dangereuse.
A l’instar de ses parents, ses yeux s’allument lorsqu’elle utilise ses pouvoirs. Mais cela ne semble pas les affecter directement.
De temps à autre, elle reçoit par télépathie les conseils avisés d’un de ses anciens compagnons décédés, depuis l’outre-monde. Comme il s’agissait du membre le plus brillant de l’équipe, ses conseils s’avèrent souvent bien utiles.

Molly Hayes apparait pour la première fois dans Runaways #1 (2003), la série de Brian K. Vaughan.
Avec ses amis d’enfance, elle découvre que leurs parents respectifs – apparemment bien propres sur eux – forment en réalité une communauté secrète de super-criminels : The Pride ; ses propres parents étant des mutants télépathes. A cause du stress provoquée par une telle révélation, le facteur X de Molly s’active, et ses pouvoirs mutants apparaissent. Dès lors commence son combat, ainsi que celui de ses compagnons, contre leurs géniteurs. Néanmoins, Molly étant la plus jeune de la bande, elle a parfois du mal à saisir les conséquences réelles de cette situation.
Un peu par jeu, le groupe décide d’attribuer à chacun des noms de code, à la façon des super-héros. Elle écope du pseudonyme de Bruiser, alors qu’elle aurait préféré Princess Powerful. Mais ils arrêtent rapidement d’utiliser leurs surnoms, sauf en de très rares occasions et essentiellement sur un ton moqueur.
Suite à la disparition de leurs parents, ils sont attrapés par Captain America, qui les laisse à la garde de l’état. Molly étant une mutante, elle échoue dans une annexe de l’Institut Xavier, mais l’absence de ses amis lui pèse très vite et elle décide de s’enfuir ; elle retrouve alors les ex-membres des Runaways, qui ont eu exactement la même idée.
Installés dans une ancienne planque de leurs parents, ils essayent tant bien que mal se débarrasser Los Angeles des criminels qui y pullulent depuis la disparition de The Pride et de la crainte qu’ils inspiraient. Malgré un quotidien relativement tranquille, ils ne sont pas à l’abri d’événements violents.
Lorsque les mutants créent une communauté à San Francisco, Molly – qui a conservé ses pouvoirs malgré House of M – reçoit un appel télépathique de Emma Frost, et s’y rend avec ses compagnons. Mais ils décident finalement de ne pas y rester.
Depuis, Molly a été aperçue en pleine discussion avec The Beast, et a postulé auprès des New Avengers comme babysitter de Danielle Cage, n’étant pas retenue en raison de son âge.

Même si elle a vécu des moments difficiles, Molly ressemble à une gamine comme tant d’autres. Un peu naïve, parfois horripilante, elle reste optimiste quelle que soit la situation. Au sein du groupe, elle entretient des rapports privilégiés avec Chase, l’ainé, qui fait un peu office de grand frère ; elle s’entend aussi assez bien avec Victor, mais a surtout été aux anges quand une autre mutante, plus jeune qu’elle, les a rejoint.
Le plus intéressant à son sujet, ce ne sont pas tant ses éternels chapeaux que le rôle que les auteurs ayant travaillé sur son cas lui ont donné : comme elle combine une apparence innocente et une force herculéenne, ils ont décidé d’en faire la terreur des personnages les plus badass de l’univers Marvel, lesquels finissent immanquablement ridiculisés lorsqu’ils s’en approchent de trop près. Cela comprend notamment Wolverine (sa principale victime) ou encore The Punisher. Concernant ce-dernier, ses amis ont après coup reproché à Molly d’avoir employé sa force sur un humain dépourvu de pouvoirs ; ce à quoi elle a rétorqué que pour paraitre aussi sûr de lui, il lui avait semblé qu’il devait forcément être extrêmement puissant. Elle a aussi réussi à arracher sa cape à The Cloack, alors que selon l’intéressé, même les dieux en seraient incapable.

Molly Hayes incarne donc l’alliance d’un physique enfantin avec une puissance phénoménale qu’elle n’hésite pas à dispenser sur tous ceux qui la cherchent de trop près ; lesquels ne pensent pas à se méfier en raison justement de son apparence, alors qu’il s’agit d’un véritable bulldozer ambulant.
A la fois mignonne et redoutable, c’est une héroïne (même si elle rejète ce terme) au moins aussi improbable que Squirrel Girl, mais tout autant attachante.

Publicités
Cet article, publié dans Comics, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Molly Hayes

  1. Plumy dit :

    C’est vrai que Molly est un personnage vraiment attachant, et cette manière de rabattre leur caquet aux plus grand est très drôle. Je m’étais arrêtée en cours de route – sans raison comme souvent – dans ma lecture des runnaways (Enfin, j’ai fini le premier arc et lisait le second pour tout dire) et ton post m’a donné envie de me relancer dedans.

    Et par rapport à ton dernier post ou tu dis être agacé de ne pas suivre une ligne fixe sur ton blog (wé ch’uis rebelle, je commente tout au même endroit) je dirais simplement que si, ils ont tous un points communs : Tu les aime. Je pense que c’est un point commun largement suffisant pour donner de la cohérence à un blog, alors ne t’inquiète pas et écrit sur ce que tu aime.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s