La Semaine du Shôjo 2019 : la Meilleure Adaptation Shôjo !

Il est venu le temps de l’événement interblog de la semaine du shôjo. Le thème de cette année : « la meilleure adaptation shôjo ». C’est parti !

Comme l’année précédente, j’ai décidé de jouer le jeu jusqu’au bout, et par conséquent de ne pas citer des myriades de titres, sous prétexte de réflexion. Ce serait trop facile. Dans un premier temps, j’avais prévu de miser sur le fait que plusieurs de mes adaptations favorites de shôjo – à ne pas confondre avec les adaptations de mes shôjo favoris – étaient le fait d’un même réalisateur : Osamu Dezaki. Je pensais aussi, justement, parler d’une adaptation que j’adore sans que celle-ci ne reprenne un de mes titres favoris ; et pour cause, il s’agit d’un shôjo jamais publié en France, que je n’ai par conséquent jamais lu.
Mais je me suis ravisé tant j’ai été frappé par l’évidence : la meilleure adaptation, c’est forcément Nodame Cantabile.

Il existe de nombreuses façons d’adapter un manga : en anime, en film, en drama, en comédie musicale, en roman, en jeux-vidéo, faites votre choix ! Mais généralement, la qualité varie énormément d’un média à l’autre. Plus grave, ces adaptations atteignent très rarement le niveau de l’original.
En termes de shôjo, il m’a toujours semblé que le drama constituait un terrain privilégié par rapport aux animes, sans doute car les deux ne visent pas le même public, et car de nombreux shôjo se déroulent dans notre réalité, ce qui rend une transposition avec des acteurs plus aisée.
Pour cet article, j’ai décidé de jouer avec les mots, en me concentrant moins sur une adaptation que sur les adaptations d’une œuvre en particulier. Bref, je vais me focaliser sur le processus d’adaptation. Et à ce petit jeu, Nodame Cantabile l’emporte haut la main ! Tout simplement car il s’agit d’une grande réussite à la fois en manga, en anime, et en drama, à tel point qu’il me serait impossible de dire quelle version je préfère.

Fils d’un célèbre pianiste, Chiaki Shinichi étudie la musique dans une académie au Japon et rêve de devenir chef d’orchestre. Malheureusement pour lui, il souffre d’une phobie des transports qui l’empêche d’aller faire ses preuves en Europe. Nodame, de son côté, semble ne voir dans la musique qu’un amusement, et ne pas la prendre au sérieux en dépit d’un talent peu commun.
Voisins de palier et élèves dans la même université, leur rencontre était inévitable.

Manga écrit par Tomoko Ninomiya et publié en France par Pika, j’ai découvert Nodame Cantabile par l’animation. Ou, plus exactement, par sa seconde série d’animation. Pour une raison absurde : celle-ci se déroule à Paris, à notre époque, ce qui m’a paru suffisamment rare pour que la curiosité me pousse à lui donner sa chance. Pourtant, le synopsis ne m’inspirait pas spécialement. Non, c’est vraiment sa situation géographique qui m’a attiré. Mais pour bien apprécier cette suite, il fallait d’abord que je découvre le premier anime.
J’ai adoré. Nodame Cantabile est un anime drôle, avec des personnages extravagants – ou au contraire trop sérieux pour leur propre bien – et de nombreuses situations cocasses. Nodame, l’héroïne, est une tornade qui emporte tout sur son passage, mais qui possède aussi un talent certain pour la musique. Avec elle, tout peut arriver, et surtout n’importe quoi. Mais la série n’oublie pas non plus de se montrer touchante, notamment à travers la relation entre les deux personnages centraux. Pour une comédie romantique, elle est à la fois très comique et très romantique, malgré le côté incongru de son couple principal. Musique classique oblige, la bande-son est très soignée – même si elle manque bien sûr d’originalité – et nous regretterons qu’une animation limitée ne permette pas vraiment de mettre en scène les phases de concert.

Je ne reviendrai pas trop longuement sur le manga, dans la mesure où ce n’est pas le sujet. L’absence de son ne pose aucun problème malgré le sujet, et le support d’origine bénéficie de la science de la mise en page et du rythme comique de son autrice. Un régal et évidemment la version de référence (puisque de toute façon plus complète). Reste la question du drama.
J’en regarde peu, notamment en raison du jeu des acteurs et actrices japonais. Je suis plus porté sur l’animation, et encore plus sur les manga. Mais il m’arrive de passer outre mes préjugés, notamment pour les œuvres bénéficiant d’une bonne réputation.
C’est après avoir vu un extrait hilarant du premier épisode que je me suis lancé dans celui de Nodame Cantabile. Mais j’appréhendais tout-de-même, dans la mesure où j’avais déjà été confronté par deux fois à cette histoire, sur deux supports différents. Le drama arriverait-il à offrir une valeur ajoutée, autre que la musique ?
La réponse est oui.

Le drama se démarque par un excellent duo d’acteurs principaux, et surtout par une réalisation, une mise-en-scène permettant de proposer une approche nouvelle. Cela passe notamment par des arrière-plans chargés, où des filles se cachent pour admirer Chiaki, et où un personnage secondaire essaye désespérément de s’imposer. L’exubérance des personnages passe plus difficilement maintenant qu’ils sont incarnés par des êtres de chair et de sang, mais en même temps, cela rajoute au côté surréaliste de cette version. Il en résulte une œuvre complètement farfelue, qui se démarque complètement de ce qui avait déjà été fait. Même en connaissant bien l’histoire, cela fonctionne du tonnerre. Les deux films qui ont suivi permettent de prolonger le plaisir.

Nodame Cantabile ne possède donc pas la meilleure adaptation, mais les meilleures adaptations.

______________________

Les participant·e·s à la Semaine du Shôjo 2019 :

L’Antre de la Louve
Les Chroniques d’un Ange
Club Shôjo
Manga Suki
Moonyko
Le Petit Monde d’une Otaku
Ma Petite Médiathèque
Shiamage

Publicités
Cet article, publié dans Manga, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La Semaine du Shôjo 2019 : la Meilleure Adaptation Shôjo !

  1. Luthien dit :

    J’ai lu les deux premiers tomes, il faudra que je continue le manga.
    Côté adaptation, j’ai vu le drama coréen qui était plutôt sympa. Je suis plus attirée par l’anime néanmoins.

    J'aime

  2. Ping : La Semaine du shôjo : la meilleure adaptation shôjo ? – Miyuneko no Yume

  3. Bidib dit :

    je ne connais que la version animée que j’ai beaucoup aimé

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.