Yaoi Yuri Con : Dans la Peau d’un Fudanshi II

Troisième année que l’association lyonnaise Event-Yaoi organise la Yaoi Yuri Con. Et seconde fois que je m’y rends, en l’occurrence pour une seule journée (étant donné que le programme de demain ne justifie pas forcément que je fasse le déplacement). Petit compte-rendu.

Ah, Lyon. Sa gastronomie, son histoire, son président de club de foot, son absence d’une convention digne de ce nom… Deuxième ville de France, les mecs. Dans ces conditions, je ne peux que soutenir une initiative comme celle de la Yaoi Yuri Con, organisée par une association dynamique. C’est en grande partie pour cela que j’y vais, dans la mesure où vous aurez compris que s’il m’arrive de lire un Yaoi ou un Yuri de temps à autre, ce n’est pas spécialement mon genre de prédilection. C’est aussi pour cela que je paye mon billet, et je me sentais bien seul dans ce cas, puisque la plupart des personnes que je voulais voir avaient, quant à elles, opté pour un badge presse. Car oui, l’autre raison derrière ma présence, c’est l’occasion de retrouver mes petits camarades de chez Club Shôjo et Mangaverse (qui sont en majorité des petites camarades).

A chaque nouvelle convention, l’association s’évertue à trouver un lieux original pour l’organiser, dans des locaux toujours plus grands puisque le succès parait au rendez-vous. La première eut lieu sur une péniche, la seconde dans un hippodrome, cette année au Cirque Imagine. Je ne sais pas à quoi cela correspond, probablement à une école de cirque ; en tout cas, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur, cela y ressemble. Le lieu est composé d’un hall qui servait à accueillir le vestiaire, les stands de nourriture, quelques animations, et la seconde scène (celle du karaoké et des conférences), et d’une piste qui servait de pièce centrale, avec les exposants et la scène principale. Les stands étaient installés sur 3 rangées faisant le tour de la piste, et si le résultat était visuellement réussi, il n’était pas toujours aisé de circuler dans les allées en question ; petite fausse note, mais la seule de l’événement à ma connaissance.

En parlant des stands, nous retrouvions grosso modo les mêmes que la fois précédente : des fanzines, des micro-éditeurs, des associations, un manga café vendant des manga,… Mais il y avait quand même une grosse nouveauté : Taifu Comics, en la personne de Guillaume Kapp. Ce qui est finalement logique, et cohérent avec la politique de l’éditeur : ce sont à la fois eux qui publient le plus de Yaoi/Yuri, et eux qui participent au plus grand nombre de salons. Donc les voir à la Yaoi Yuri Con, malgré sa taille encore modeste, n’était pas si étonnant que ça. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une excellente initiative. Évidemment, il n’avait pas non plus pu tout apporté, et s’était donc concentré sur les nouveautés et leurs collections Yaoi/Yuri, avec un seul titre Ototo. Je n’ai pas trouvé le dernier tome de Rendez-vous sous la Pluie, mais je suis tout-de-même reparti avec un one-shot de Tokô Kawai, sur les conseils d’une amie.

Pour le reste, de nouveau pas mal de cosplays, mais j’en reconnais qui portent les mêmes d’une année sur l’autre. Là où la Yaoi Yuri Con est assez unique en son genre, c’est non seulement dans son ambiance joyeuse et conviviale que je n’ai jamais retrouvé dans une autre convention, mais aussi dans les situations surréalistes qui ne peuvent survenir que là-bas ; par exemple, si vous voyez Taiga Kagami tenir en laisse Kirua, ou Sailor Uranus prendre des poses bizarres avec Sailor Neptune, c’est parfaitement normal. Avec un point culminant : le Yaoi Position, qui consiste à reproduire sur scène des positions sexuelles. Un grand moment de rigolade. Même si, après coup, je me demande si beaucoup de demoiselles (le public de la convention était constitué en large majorité de filles) se seraient livré à cet exercice, si elles avaient su qu’un journaliste de Animeland / Japan Lifestyle prenait des photos. Journaliste qui s’est d’ailleurs éclipsé lorsque l’animatrice de l’activité a demandé à des hommes de participer, ce qui aura aussi fait fuir un éditeur qui passait par là. Le Yaoi Position s’est terminé par une séance de partouze géante, avec comme élément centrale un garçon qui ne semblait pas ravi de son sort. Comme dirait une personne dont je tairais aussi le nom, le fait qu’il se débatte donnait un côté « viol » des plus réussis.

J’ai quitté les lieux relativement tôt, non pas par peur que mon cerveau ne survive pas à tant de débauches, mais surtout car je n’avais plus tellement grand chose à faire. L’année dernière, ils avaient proposé deux tables rondes aux thèmes très intéressants, qui n’avaient pas d’équivalent cette année. De plus, j’ai pu continuer à côtoyer des exilés de la région parisienne en dehors de la convention. Mais je ne regrette certainement pas d’être venu, car il s’agit comme la fois précédente d’une expérience originale qui permet vraiment de se changer les idées. J’espère pouvoir revenir pour une éventuelle 4ème édition. C’est tout le mal que je leur souhaite.

Publicités
Cet article, publié dans Culture G, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Yaoi Yuri Con : Dans la Peau d’un Fudanshi II

  1. Ping : Le Coin des Editeurs 2014 | Le Chapelier Fou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s