Reki-jo : parce que l’histoire, c’est un truc de gonzesse

Mayaya de Kuragehime vous fait rire à cause de sa passion dévorante pour Les 3 Royaumes ? Il ne s’agit pourtant pas d’un cas isolé.

« Les hommes d’aujourd’hui sont faibles et efféminés ». Voilà en substance ce que pensent de nombreuses jeunes Japonaises ; et quand nous voyons certaines idoles masculines actuelles, difficile de ne pas leur donner raison. Ces filles, ce sont les Reki-jo, contraction de rekishi-zuki no joshi signifiant « les filles qui aiment les histoires ». En suivant la description des otaku, elles appartiennent bien à cette catégorie ; sauf qu’elles sont des otaku de l’histoire japonaise.

Plus que l’histoire elle-même, la majorité des Reki-jo semblent s’intéresser aux figures fortes des époques Sengoku et Edo, ces hommes virils suivant à la lettre le Bushido et préférant le hara-kiri au déshonneur. Des hommes comme les Shinsengumi ou encore les grands noms de la Bataille de Sekigahara. Par extension, il n’est pas rare de les voir admirer les classiques de la littérature chinoise comme Les Trois Royaumes, et évidemment les figures qui leur sont associées telles Lu Bu ou Guan Yu ; rien à voir avec les versions féminines sexy et légèrement lesbiennes de Ikki Tousen !

Les Reki-jo ont même leur musique : le Rekimono, sorte de pop pour samouraïs. Autant dire que le phénomène va loin. Et qu’il rapporte ! Selon CNN, le mouvement aurait engendré 725 million de dollars de bénéfice en 2009. Boutiques spécialisées, bars à thèmes, revues, conventions, rien ne manque pour entretenir ce mouvement somme toute lucratif. Quitte à adapter pour le public féminin les graphismes des œuvres revisitant l’Histoire, comme les jeux-vidéos, les animes, ou encore les manga. Il ne faut pas s’étonner si des titres comme Sengoku Basara, Hakuouki, ou Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto ont largement séduit le public féminin, malgré des thèmes traditionnellement associés aux shônen. Il en va de même pour les drama, pusique le fameux Taiga Drama de la NHK – série annuelle consacrée à un épisode de l’histoire japonaise – recourt désormais à des idoles comme acteurs principaux ; ainsi, c’est un chanteur qui interpréta Sakamoto Ryôma, célèbre personnage de l’époque Edo, dans le drama qui lui fût consacré lors de la saison 2010-2011.

A titre personnel, je ressens une forme de contradiction dans tout cela, puisque ces mêmes femmes qui reprochent leur manque de virilité aux Japonais modernes s’extasient devant des personnages androgynes au possible, ou incarnés par des Japonais plus proches de Yamapi que de Kenji Oba. Évidemment, le comportent d’un individu n’est pas dicté par son apparence, mais quand je vois les armures très peu couvrantes de nombre de protagonistes de Sengoku Basara, je ne peux m’empêcher d’être surpris ; d’autant plus quand les hommes dans ces mêmes armures semblent sortir tout droit d’un mauvais Boy’s Love.
Étant moi-même intéressé par l’Histoire – celle du Japon, notamment – et les classiques de la littérature chinoise, je ne peux qu’apprécier un tel mouvement, quand bien même de nombreuses Reki-jo – à en croire les quelques articles disponibles sur le sujet en français ou en anglais – se passionneraient surtout pour les hommes du passé par opposition aux idoles modernes. Le seul soucis, c’est qu’autant je suis ravi que cela se concrétise par la production de séries racontant l’histoire nippone, autant j’ai beaucoup de mal avec les designs qui leur sont associé pour attirer ce public (et probablement une ou deux fujoshi au passage). Je suis plus Hana no Keiji que Sengoku Basara…

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un mouvement à la fois intriguant et attirant. Voir de jeunes Japonaises s’habiller en samouraïs et reproduire la Bataille de Sekigahara, cela a de quoi surprendre, mais à bien y réfléchir ce n’est pas plus bizarre que les maid cafés et autres phénomènes improbables issus du Japon. Et l’histoire, je trouve que c’est une occupation bien plus saine que les figurines représentant des adolescentes dans des poses lascives.

Quelques liens :
http://www.arte.tv/fr/3701454,CmC=3701480.html
http://www.rjkoehler.com/2010/01/05/what-the-japanese-ladies-prefer/
http://www.cnngo.com/tokyo/drink/rekishizuru-history-buffs-find-home-ochanomizu-523992
http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=125898462

Publicités
Cet article, publié dans Culture G, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Reki-jo : parce que l’histoire, c’est un truc de gonzesse

  1. Jonas dit :

    Je serais tenté de dire que l’importance de ce phénomène est lié à la proportion de femme chez les otaku nippons. Il y a énormément d’otakettes, après tout il y a 2 jours pour les femmes contre 1 jour pour les hommes au comicket. Par conséquent il est logique qu’au sein de cette importante population, des sous-groupes apparaissent (fujôshi, rekijô, tetsuko…).

    Enfin j’apprécie tout autant Hana no Keiji que Sengoku Basara et je remercie les rekijô car grâce à elles, les animes historiques (mon type d’anime préféré et de loin) reviennent un peu sur le devant de la scène. On a eu récemment des titres comme Tono to Issho, Souten Kouro, Hakuouki, Katanagatari, Sengoku Basara, Hyouge Mono… Je suis comblé.

    J'aime

  2. Little yokai dit :

    Merci pour cet article très intéressant, j’ai découvert un truc ‘^’

    Mais je pense que lorsqu’elles parlent de virilité, elles ne parlent pas tant de virilité physique que de virilité mentale, grand sens de l’honneur etc.

    J'aime

    • Gemini dit :

      Je pense, effectivement, que cela tient moins au physique qu’aux actions, même si j’imagine tout de même les guerriers un tantinet musclé. Le soucis, c’est que les codes graphiques/physiques sont largement empruntés aux BL, avec des personnages très androgynes ; j’ai du mal à les trouver viril quand j’ai l’impression qu’ils vont essayer de se violer les uns les autres l’instant d’après.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.