Parce qu’il n’y a pas que le Fansub dans la Vie

Tantôt, un habitué d’un forum dont je suis membre présente sa nouvelle acquisition : un coffret X de CLAMP édité par Declic-Images, et proposé à un prix très attractif par une célèbre enseigne. L’intéressé de préciser qu’il l’a acheté « avant que Kazé le ne sorte a un prix exorbitant« . Dommage pour lui, mais il vient de se faire arnaquer.

Pourquoi acheter des DVD ? Ne me répondez pas pour la qualité d’image, car compte-tenu des progrès en matière d’encodage vidéo auxquels cette technologie n’a pas accès, cela me fait doucement rire. A la rigueur, nous pourrions parler de la présence d’une piste audio en français, mais cet argument ne tient pas pour nombre de titres, sans parler des DVD qui peuvent être acquis en provenance d’autres pays.
Une bonne raison pourrait tout simplement être que c’est légal. Mieux que cela, acheter des DVD revient à financer à la fois les éditeurs et les auteurs ; cela leur montre que nous apprécions leurs produits, et nous les aidons par cette rémunération à en concevoir d’autres.
Reste le « problème » du marché de l’occasion, mais il me semble important notamment car de l’argent revient à un consommateur qui pourra le ré-investir dans d’autres achats.

Seulement, il existe aussi des DVD qui ne rapportent rien à personne si ce n’est à un éditeur peu scrupuleux : les DVD pirates. Par pirate, j’entends des DVD qui n’ont pas été ou ne sont plus commercialisés avec l’accord des ayant-droits, et qui de fait ne rapportent plus rien aux auteurs.
Le principal soucis, c’est que le consommateur bien intentionné n’aura pas nécessairement connaissance de cette irrégularité, et qu’au final il ne fait que financer un éditeur malhonnête.

C’est un problème qui touche l’animation japonaise parmi d’autres secteurs. Je pense que tout le monde aura entendu parler des DVD de Goldorak, sortis en France dans la plus totale illégalité. En raison de l’importance historique de cet anime – au point que même le 13h de TF1 signale la sortie en magasin, c’est tout dire – l’affaire aura fait grand bruit. En tout cas beaucoup plus que les DVD pas plus légaux de Candy sortis peu après par un mystérieux éditeur nommé Pony Girl (je n’invente rien).
Ce ne sont pas des cas isolés. Sans même parler des coffrets illégaux car non approuvés par les ayant-droits avant leur commercialisation – étape pourtant obligatoire qui aura valu quelques procès à un éditeur sus-nommé – d’autres ont été vendus sans licence, ou après expiration de cette même licence, ce qui n’est pas plus légal.

Concernant ce premier point, une affaire moins médiatique me revient, qui montre au passage le côté borné de certains acheteurs. Il y a déjà quelques années, feu l’éditeur Rouge Citron Production avait commercialisé – légalement – les premiers épisodes de l’anime Hajime no Ippo. Après leur faillite, certaines licences s’étaient – apparemment – retrouvé chez d’autres sociétés. Quelques temps plus tard, un mystérieux éditeur nommé Minos Production annonçait la sortie de Hajime no Ippo en 3 coffrets ; le premier coffret ne comportait presque aucune mention légale, et proposait étrangement uniquement les épisodes déjà parus sous le label de Rouge Citron. Il s’est vite avéré qu’il s’agissait d’une édition pirate, démontée par quelques passionnés dont MC Alex.
Il apparaissait alors qu’ils avaient tenté de rééditer la série, en utilisant les seuls épisodes disponibles, fournis par les ayant-droits japonais pour la véritable édition. Toujours est-il que certains « fans » se sont alors déchainés contre ceux qui avaient dénoncé la supercherie, leur reprochant d’avoir tué cet anime pour le marché français et qu’ils n’en auraient jamais la suite à cause d’eux. Ils n’ont absolument pas compris que ces DVD étaient illégaux, qu’ils ne rapportaient rien à l’auteur, et que cet éditeur plus ou moins fantôme n’en proposerait jamais la fin. Tout ce qui importait pour eux, c’était d’avoir le produit entre les mains. Ils auraient tout aussi bien pu graver des épisodes en fansub que cela n’aurait pas été moins illégal…

Pour ce qui est des animes commercialisés après expiration d’une licence, il est plus difficile de les repérer, les éditeurs eux-mêmes ne communiquant pas sur ce qu’ils détiennent ou non. Hormis pour les annonces de nouvelle licence, évidemment. C’est là que, en regardant bien, nous pouvons remarquer quelques anomalies.
Depuis quelques années, Kaze achète des licences déjà proposées par ses concurrents. Normalement, quand un éditeur annonce une licence, cela signifie que son ancien propriétaire ne se trouve plus sous contrat avec le studio japonais responsable de la série en question ; cela implique notamment qu’il ne peut plus commercialiser les DVD correspondant, privilège qui revient au nouvel éditeur (et avec lui l’obligation de lui verser des droits sur chaque vente). Pour autant, Kaze a annoncé quelques séries qui, bizarrement, n’ont pas pour autant disparu des magasins en attendant l’arrivée des nouveaux DVD. Cela concerne notamment X, Les Mondes Engloutis, ou encore Black Lagoon : des animes vendus en toute impunité par leur ancien éditeur, qui ne verse plus le moindre sou à leurs ayant-droits.

Je pense qu’il est important de signaler ces histoires, car les acheteurs ne sont pas forcément au courant. Pour autant, lorsqu’ils acquièrent un de ces coffrets illégaux, cela revient au même que d’acheter une contrefaçon, c’est-à-dire un produit dont la vente reviendra à une société malhonnête tandis que les auteurs se trouveront spoliés de leur dû.
Si vous aussi vous connaissez des séries d’animation en vente dans la plus parfaite illégalité, n’hésitez pas le signaler en commentaire.

Publicités
Cet article, publié dans Animes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Parce qu’il n’y a pas que le Fansub dans la Vie

  1. ZGMF Balmung dit :

    Aaaah, du coup, je comprends mieux ce que tu disais sur Twitter !

    Merci pour ces infos. Je reconnais que je n’en savais presque rien.

    J'aime

  2. Gemini dit :

    Oui, ce n’était probablement pas très clair. D’où cet article.
    Mais j’avoue que cela m’a énervé de voir une personne s’enorgueillir d’avoir acheté un anime « avant sa sortie » chez un autre éditeur car moins cher. Il ne connaissait probablement pas les implications derrière la présence de cette édition en magasin ; il n’aura vu que le prix et le nom sur le coffret d’un éditeur connu, mais n’aura pas su que payer un DVD neuf dans une grande enseigne ne signifie pas nécessairement que ce DVD soit légal et rapporte à ses auteurs. « Je le paye donc c’est légal » n’est pas un principe qui fonctionne pour les produits dérivés en convention, il en va hélas! de même pour les DVD.

    J'aime

  3. Tetho dit :

    Le fait que Kaze n’ait pas porté plainte contre DI/MD dans cette histoire me fait me poser quelques question sur la véritable illégalité de tout ça. Parce que sinon dans le genre concurrence déloyale ça s’imposerait quand même. Je ne connais pas les détails des différents contrats, mais je me demande si bêtement DI n’a pas produit un max avant l’échéance et écoule ses stocks depuis.
    Mais en fait j’en sais rien et je doute que j’en connaitrais le fin mot un jour. Et comme j’ai mes box de ces animes depuis des années, je ne me pose pas de questions.

    >Ne me répondez pas pour la qualité d’image, car compte-tenu des progrès en matière
    >d’encodage vidéo auxquels cette technologie n’a pas accès, cela me fait doucement rire.
    Mais X est une série produite en basse résolution avec des masters numériques. De là le seul traitement que l’on peut lui appliquer c’est un upscale qui ne fera pas de miracle, même si le débit vidéo du BD apportera un plus pour la compression. Mais ça ne fera pas apparaitre des détails là où il y en a pas, ni rendra la chose tout de suite plus belle. Des blu-ray d’anime avec des images équivalentes ou pire que les DVD ça existe et c’est pas rare, même au Japon. Et donc dans tout ces cas les DVD sont une alternative moins cher sans réelle

    >et avec lui l’obligation de lui verser des droits sur chaque vente
    Je ne suis pas expert dans le domaine, ni un insider. Mais si je me fie à mes discutions avec des représentants d’éditeurs il n’y a pas de royalties dans le domaine de l’édition vidéo comme on en trouve pour les mangas. Une fois que l’éditeur a payé les droits de la série il est libre d’en presser et vendre autant qu’il souhaite sans reverser un cent de plus aux ayants-droit pendant la durée spécifiée dans ses contrats.
    Et c’est là une autre vérité méconnue du marché : qu’un anime se vende peu ou par cartons entier ne changera rien à la somme perçue par ses créateurs. Et donc en achetant une version étrangère (mis à part des exception comme via Aniplex USA ou les Gundam Unicorn) l’animefan français ne soutiendra pas directement ces derniers.

    J'aime

  4. Gemini dit :

    En même temps, est-ce que cela sert vraiment à quelque chose de porter plainte contre DI ? Dans de nombreux magasins, les coffrets Goldorak (et Hajime no Ippo) sont restés en vente bien après la plainte déposée contre eux…

    Si tu regardes bien le site de Manga-Distribution, tu verras que X ne s’y trouve plus en vente. Pourtant, un vendeur nommé « Declic-Collection » – et nous savons tous de qui il s’agit – vend ces coffrets sur amazon ; c’est donc bien qu’il leur reste des stocks à écouler, mais pas ouvertement sur leur site.

    Très franchement, si nous ne parlions pas d’un éditeur avec un passé aussi sulfureux, nous douterions moins de la légalité de tout ça…

    J'aime

  5. Tetho dit :

    Pour moi X est encore en vente chez MD, ou alors j’ai trop « bien » regardé :
    http://www.manga-distribution.fr/md/index.php?script=fiche_serie&id_serie=194
    Et la dernière fois que je suis passé bvd Voltaire ils étaient encore en stock.

    J'aime

  6. Gemini dit :

    Là, j’avoue, je ne l’avais pas trouvé ^^’

    Mais il y a quand même un détail qui me chiffonne dans cette histoire : si continuer à vendre les coffrets n’est pas illégal, cela veut dire que Kaze s’est fait arnaquer. Il aura suffi à DI de produire un nouveau lot de coffrets, et compte-tenu des prix pratiqués par les deux éditeurs, Kaze n’a aucune chance de concurrencer DI sur cet anime. Cela voudrait dire qu’ils ont acheté une licence qui pourrait ne presque rien rapporter. J’imagine mal le principal éditeur français d’animes commettre ce genre d’erreur, franchement…

    Quelques précisions de MC Alex : http://www.mata-web.com/forum/viewtopic.php?f=12&t=7724&p=182216#p182216
    Et des précisions complémentaires de Jacut (ancien employé de Beez France) : http://www.mata-web.com/forum/viewtopic.php?p=182218#p182218

    J'aime

  7. Normand dit :

    * Lève la tête en regardant ses coffrets : que du Kazé, Kana, Dybex *

    Ouf du coup!
    Merci de faire passer ce genre de message, j’y ferai plus attention désormais!

    J'aime

  8. Gemini dit :

    Attention : il y a des coffrets tout-à-fait légaux chez Declic-Images, mine de rien ; cela concerne même la majorité. Mais il y a aussi souvent des interrogations et des doutes… Par exemple, la sortie de Olive & Tom avait soulevé de nombreuses questions, si je me souviens bien.

    J'aime

  9. Kori dit :

    Pour le coup des licences qui ne fonctionnent qu’un certain temps c’est bizarre aussi, du coup ce n’est pas étonnant qu’on se fasse avoir non? Surtout que ça évite de jeter au pilon plein de dvd fabriqué, ça esquive pas mal de gachis aussi! Mais c’est compréhensible si tu achète une licence sans versé de royalties en fonction des ventes… mais cela signifie que malgré tous c’est le cas le moins illégale dans ta série de cas particulier, vu que les licences on été payées à la base!

    J'aime

  10. Gemini dit :

    « Le moins illégal » probablement. Mais je n’aimerais pas être à la place de Kaze, qui va vendre un anime en concurrence avec DI alors qu’ils ne pratiquent pas les mêmes tarifs ; ils auront du mal à rentabiliser le coup de la licence…

    J'aime

  11. Kori dit :

    Le problème dans cette histoire c’est aussi d’être au courant des licences et de leur date d’expiration, ce n’est pas donné à tous le monde! (Et les éditeurs gagnerait à mieux communiqué dessus!) Bon dans le cas du fofo de mata web ça ne compte pas… mais comme dit le normand, merci de nous alerter la dessus, vu que mon but premier quand j’achète un anime ou un manga et de, par ce geste, « récompensé » l’auteur, mais c n’est pas le cas de tous le monde!

    J'aime

  12. Gemini dit :

    Ils communiquent quand ils acquièrent une licence. Ou du moins, ils font une annonce officielle (parfois bien après la signature du contrat). Pour le reste, je suppose que cela tombe dans le secret professionnel, ou du moins qu’ils n’ont aucun intérêt à communiquer dessus…

    J'aime

  13. Kazé dit :

    Bonjour,
    une petite précision : quand les droits d’exploitation d’une license expire et que l’éditeur qui détenait la license ne veut plus étendre les droits ou que l’ayant-droit veut vendre la poursuite de l’exploitation à un autre éditeur, les DVD vendus à Amazon, FNAC, Virgin et les magasins spécialisés etc… appartiennent à ces enseignes qui peuvent liquider leurs stocks. Il peut donc arriver dans le cas des licenses que Kazé a repris, que le stock de l’ancien éditeur et le nouveau stock du nouvel éditeur co-existe. C’est normal. Par contre Kazé et les autres éditeurs se doivent d’enlever de la vente direct (sur leur boutique en ligne) les DVD dont la license est perdue.

    Voilà pour les explications.

    Quand au prix des coffrets, nous faisons tout pour ne pas vendre à perte, pratique interdite par la loi. Nous voulons toujours pratiquer des prix intéressants pour l’acheteur, nous permettant de dégager une marge suffisante, mais ce n’est pas toujours possible… nous sommes actuellement en pleine transition après le rachat par Viz Media Europe et une politique de prix ne s’invente pas du jour au lendemain, c’est un travail de longue haleine qui implique toute la société…. nous y travaillons.

    J'aime

  14. Gemini dit :

    Mais que dire, dans ce cas, du coffret X de CLAMP disponible sur amazon.fr, « Vendu par Déclic Collection » ? Nous savons tous qui se cache derrière ce nom.
    http://www.amazon.fr/Clamp-Int%C3%A9grale-Collector-DVD-Livret/dp/B002DPQ3IS/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1323685170&sr=8-1

    De plus, considérez-vous Manga Distribution comme un magasin spécialisé, alors qu’il est rattaché à Declic-Images et vend plusieurs séries dont l’éditeur a perdu les droits (sur leur site et en convention) ? Historiquement, MD a toujours été l’organe de « vente directe » de DI.

    En tout cas, merci pour ces premières explications.

    J'aime

  15. Ikebukuro dit :

    Il y a des mecs honnêtes qui achètent des DVD de JPop version japonaise et pas des HK, qui les payent TRES cher en les faisant venir du Japon à Paris… puis le jour où ils veulent les voir sur leur PS3 ils tombent sur un message disant que le code région est incorrect…

    Et ces gens là ils se disent qu’ils se sont fait mettre bien profondément dans le cul, que l’honnêteté ne paye pas, qu’ils sont les couillons de l’histoire. Alors OK, le piratage c’est pas bien mais se foutre de la gueule de ses clients, ça s’appelle comment?

    J'aime

  16. groTroll dit :

    Tout est toujours une histoire de gros sous pour tous ces intermédiaires véreux qui essayent de récupérer leur part du gâteau. Au final c’est nous qu’on trinque…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s