Chevaliers d’Or : Origines et Constellations

Suite à cet article, j’ai pensé qu’il serait bon d’approfondir un peu les références utilisées par Kurumada pour son manga Saint Seiya. Afin de ne pas faire un billet trop confus, je vais commencer par m’intéresser aux Chevaliers d’Or.

Mu du Bélier :
Le nom “Mu” vient d’un continent disparu, évoqué pour la première fois par Augustus Le Plongeon puis décrit par l’écrivain James Churchward, qui se situerait dans l’Océan Pacifique ; certaines îles – comme les Marquises ou l’Ile de Pâques – en seraient des parties surnageantes. Il serait plus ancien que l’Atlantide, mais son existence est fortement controversée. Quoi qu’il en soit, ce continent légendaire a, au même titre que l’Atlantide, constitué une importante source d’inspiration pour de nombreux auteurs, ce qui explique que nous le retrouvions notamment dans la célèbre série Les Mystérieuses Cités d’Or ; n’ayant pas lu le livre La Route de l’Or dont il est tiré, je ne pourrais dire si Scott O’Dell reprenait déjà le mythe de Mu.
Il est intéressant de noter que Mu possède un lien avec l’Atlantide, autre continent fantastique dont l’existence n’a jamais été prouvée. En effet, pour réparer les armures, il utilise de l’orichalque, un métal légendaire qui, selon Platon (même s’il n’est pas le seul dans la Grèce antique à avoir fait référence à l’orichalque dans d’autres contextes), y aurait été particulièrement prisé.

La constellation du Bélier n’a pas de véritable histoire, à la différence d’autres comme celle du Verseau (voir plus bas). Il pourrait s’agir de Chrysomallos, le bélier ailé dont fût tiré la Toison d’Or, mais la Mythologie Grecque n’en fait pas mention.

Aldébaran du Taureau :
Pour trouver le nom de ce Chevalier, Masami Kurumada n’a pas cherché bien loin. Aldébaran, ou α Tauri, est tout simplement le nom de la plus brillante étoile de la constellation du Taureau.

De la même façon que celle du Bélier, la constellation du Taureau n’a pas d’origine mythologique précise. Zeus et Poséidon ont tous deux effectué une métamorphose en cet animal – le premier pour enlever Europe, le second pour se venger du roi Minos en séduisant sous cette apparence sa fille Pasiphaé, qui donnera plus tard naissance au Minotaure – donc ce taureau pourrait fort bien faire référence à l’un d’eux, mais rien ne l’atteste.

Saga des Gémeaux :
L’origine de son nom est mystérieuse. Parmi toutes les explications possibles, il fût énoncé un rapport avec l’empereur japonais Saga (786-842). Il aura fallu attendre les explications de l’auteur pour connaître sa véritable signification : il a utilisé l’idéogramme 性 qui se prononce “saga”, et qui évoque la dualité homme/femme ; cela renvoie directement à la double personnalité du personnage.
Kurumada accentue encore cette dualité en représentant deux visages opposés sur le casque de l’armure des Gémeaux ; ceux-ci pourraient faire référence au dieu Janus, dont les deux visages regardaient respectivement vers le passé et vers le futur, mais rien ne permet de l’affirmer.

La constellation des Gémeaux correspond aux jumeaux de la mythologie grecque Castor et Pollux, aussi nommés Dioscures (”fils de Zeus”) ; d’ailleurs, les deux étoiles principales de cette constellation s’appellent Castor et Pollux.
Ce sont des fils de Zeus, qui prit l’apparence d’un cygne pour séduire Léda, l’épouse de Tyndare, roi de Sparte. De leur union naquirent la belle Hélène, Clytemnestre, Castor, et Pollux ; néanmoins, les récits divergent quant à la parenté exacte de chacun des enfants de Léda.
Castor, le dresseur de chevaux, et Pollux, le lutteur, étaient considérés comme d’inséparables jumeaux, et surtout deux grands héros ; ils firent parti des Argonautes aux côtés de Jason, mais ne purent prendre part à la Guerre de Troie, ayant péri entretemps.

Deathmask du Cancer :
Kurumada devait manquer d’imagination, puisque tout le monde aura compris que son nom se réfère aux visages macabres qui ornent sa Maison. Le personnage en lui-même fait probablement référence à Jinmen, démon du manga Devilman de Go Nagai, dont les visages de ses victimes apparaissaient sur sa carapace.

En latin, “cancer” signifie “crabe” ; le nom de la constellation est resté tel quel. Le rapport avec la pathologie éponyme vient des Romains, qui l’ont décrite comme “un cabre (cancer) qui grignote le corps de l’intérieur”.
Le cabre associé à la constellation est celui envoyé par Héra pour aider l’hydre à vaincre Héraclès ; le héros n’eut qu’à marcher sur l’animal pour s’en débarrasser, mais la déesse le transforma en constellation pour rendre hommage à son courage.
Le Cancer est la moins visible des constellations du zodiaque ; elle semble entourée d’un halo lumineux aujourd’hui nommé Praesepe – “le berceau” en latin – et considéré dans la Grèce antique comme l’endroit d’où venaient les âmes avant d’intégrer le corps des nouveaux-nés. Il est intéressant de noter que dans Saint Seiya, Deathmask fait rigoureusement l’inverse en extirpant les âmes de leur enveloppe charnelle.

Aiolia du Lion :
Dans la mythologie grecque, Aiolia se réfère à l’île où vivait le dieu du vent Eole. Vous vous demandez sûrement comment le Chevalier du Lion a pu se retrouver affublé d’un tel nom. C’est à cause de son frère, le Chevalier du Sagittaire, donc les explications viendront plus bas dans la page.

Le lion représenté par cette constellation est le Lion de Némée, tué lui-aussi par Héraclès (un grand pourvoyeur de constellation) ; l’empêcher de nuire faisait partie de ses Douze Travaux.

Shaka de la Vierge :
Shaka nous est présenté comme la réincarnation du Bouddha Siddhārtha Gautama. Son nom Shaka vient de Shākyamuni qui signifie “sage du clan des Śākya” ; Śākya étant le clan dans lequel est né Siddhārtha, et dont il était le prince.

Cette constellation n’a pas d’origine mythologique certaine, puisque de nombreuses déesses – plus ou moins vierges, et issues de traditions différentes – y furent associées tour à tour. Deux noms reviennent toutefois plus régulièrement :
– Thémis : la proximité avec la constellation de la Balance favorise le rapprochement avec la déesse de la Justice, dont la balance était un attribut (voir plus bas).
– Déméter : la principale étoile de la Vierge est Spica, dont le nom signifie “épi” – la Vierge est d’ailleurs souvent représentée tenant un épi, comme sur l’illustration ci-dessus -, d’où le lien avec la déesse de l’agriculture et des moissons. Un lien d’autant plus fort que le soleil traverse la constellation de la Vierge fin Aout/début Septembre, soit au début de la saison des moissons.

Doko de la Balance :
En japonais, Doko s’écrit 童虎 ce qui, une fois traduit, donne “enfant tigre” ; d’ailleurs, Doko est souvent désigné sous le nom de “Roshi”, qui signifie tout simplement “enfant tigre”, et que les traducteurs français ont voulu nous faire passer pour le terme “vieux maître”. Nous découvrons tardivement dans le récit que le tigre est le symbole de Doko, tatoué sur son dos de la même façon que Shiryu a un dragon ; sachant que “Shiryu” signifie “enfant dragon”.

Depuis l’époque des pharaons, la balance est considérée comme un symbole de la justice, tout d’abord avec Anubis qui l’utilise pour vérifier si le poids du cœur – comprenez le poids des pêchés commis pendant la vie terrestre – est inférieur à celui d’une plume ; seuls ceux qui réussissent ce test sont admis au royaume des morts.
La balance associée à la constellation de la Balance est celle de la déesse de la Justice, Thémis, fille de Gaia et Ouranos. Souvent, Thémis est représenté tenant une balance, les yeux bandées.
Tout cela contribue à faire de Doko le représentant de la justice chez les Chevaliers d’Or, et le seul apte à décider qui peut se servir des seules armes autorisées par Athéna.

Milo du Scorpion :
Milo est une petite île des Cyclades, dans la mer Egée. Sa célébrité vient surtout de la légendaire statue de Aphrodite/Vénus, aujourd’hui exposée au Louvre, qui y fût découverte. Sans doute Kurumada nous montre-t-il là qu’il est bien un “touriste japonais” en faisant référence à cette célèbre œuvre d’art. Pour donner un sens au nom de son personnage, il explique que Milo a effectué son entraînement de Chevalier sur l’île en question.

Le Scorpion représenté par cette constellation est celui responsable de la mort du chasseur Orion dans la mythologie grecque ; mais selon les écrits, son origine varie et nous le trouvons envoyé tantôt par Artémis, tantôt par son frère jumeau Apollon.
Antarès (”anti-Arès”) est l’étoile la plus brillante de la constellation du Scorpion, ainsi que le coup spécial de Milo.

Aioros du Sagittaire :
Soyons clair : “aioros”, ça ne veut rien dire. Seulement, il ne faut pas oublier que les Japonais ne font pas la différence entre les lettres r et l ; et puis, son frère s’appelle bien Aiolia. Or, “aiolos” veut effectivement dire quelque chose. En grec ancien, il s’agit du nom du dieu du vent Eole ; et là, nous comprenons mieux l’origine du nom de son frère, même si c’est un peu réducteur pour lui.
Ensuite, le lien est facile à trouver : le vent, une armure dotée d’ailes et qui permet à son porteur de glisser dans l’air, tout concorde.

Le Sagittaire est un centaure – un être mythologique mi-homme mi-cheval – doté d’un arc, mais les textes ne s’accordent pas quant à l’identité de celui-ci. Le plus célèbre d’entre eux est Chiron – fils de Philyra et Cronos, et maître de nombreux héros parmi les plus célèbres – mais il pourrait déjà être rattaché à la constellation du Centaure. La mythologie grecque regorge d’autres centaures, tels que Nessos et Pholos, mais dans le lot, aucun n’aurait plus de raison qu’un autre d’être le Sagittaire.
Toutefois, compte-tenu du rôle important que joue Aioros vis-à-vis des Chevaliers de Bronze, ce n’est pas trop s’avancer que de penser que Kurumada a considéré qu’il s’agissait de Chiron, le plus sage des centaures.

Shura du Capricorne :
Deux explications possibles pour son nom :
– Les Shura étaient des combattants de l’ère Heian n’utilisant que des techniques à mains nues.
– Shura pourrait venir de “asura”, des divinités de la mythologie hindoue.
Compte-tenu de la puissance des techniques à mains nues de Shura et que le personnage ne semble pas particulièrement lié à l’Inde (à la différence de Shaka), je tendrai plutôt vers la première solution ; il faudra que je pense à demander à Kurumada quand je le verrai.

La constellation du Capricorne n’a rien à voir avec l’insecte homonyme, découvert et nommé seulement en 1802 ; de la même façon que la constellation du Cancer, celle du Capricorne a conservé un nom ancien signifiant “chèvre” (et c’est moins glamour).
Tout comme pour le nom du personnage, deux origines sont évoquées :
– Il pourrait s’agir de la chèvre Amalthée, qui allaita Zeus alors qu’il était enfant ; le divin parricide la transformant plus tard en constellation pour la remercier.
– L’autre possibilité serait Pan qui, pour échapper à Typhon, se métamorphosa en créature mi-chèvre mi-poisson ; sachant qu’à l’origine, le capricorne était représenté sous une telle forme, comme le montre l’illustration ci-dessus.

Camus du Verseau :
Cela peut paraître facile, mais son nom vient bien de l’écrivain français Albert Camus. D’ailleurs, Camus est lui-même français ; nos compatriotes personnages de manga ne s’appelant pas Napoléon sont suffisamment rares pour être notés.

Le Verseau est représenté comme un jeune homme portant une jarre.
Il s’agit de Ganymède, fils de Tros et Callirrhoé. Connu pour sa grande beauté, Zeus l’enleva pour faire de lui son échanson, d’aucuns diront son amant. Plus tard, il le transforma en constellation, Ganymède continuant de remplir la coupe de Zeus grâce à sa jarre, pour l’éternité.
Malgré tout, les récits autour de Ganymède sont nombreux et confus, et certains ne l’associent pas à cette constellation.

Aphrodite des Poissons :
Aphrodite était la déesse de l’amour et de la beauté. Lorsque Cronos tua son père Ouranos, les organes génitaux de celui-ci tombèrent dans l’océan et donnèrent naissance à Aphrodite ; une autre version en fait la fille de Zeus et Dioné.
Pour le choix de son nom, il y a une double raison – ou alors une qui a impliqué l’autre : l’origine de sa constellation, et sa beauté.
La rose fait partie des attributs associés à la déesse Aphrodite, d’où son utilisation par le Chevalier des Poissons.

La constellation des Poissons représentent Eros et Aphrodite, métamorphosés en poissons dans le but d’échapper à Typhon, tout comme Pan précédemment. Afin de ne pas être séparés lors de leur fuite, ils auraient attaché leur queue l’une à l’autre avec une corde.

Publicités
Cet article, publié dans Culture G, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Chevaliers d’Or : Origines et Constellations

  1. CineNiko dit :

    Un article fort intéressant qui m’a appris plusieurs petites choses sur ces chers Chevaliers d’Or. Le plus surprenant étant d’apprendre la nationalité de Camus. Beau boulot.

    J'aime

    • Gemini dit :

      La nationalité de chaque personnage est indiquée dans les volumes de l’édition de Kana ; le 13 pour ceux apparaissant dans Sanctuary, le 28 pour ceux créés par la suite. D’ailleurs, Camus n’est pas le seul Français, puisque c’est aussi le cas de Misty.

      J'aime

  2. Rukawa dit :

    Roushi … c’est bien vieux maître … 老師
    c’est le même roushi que pour muten roushi.

    J'aime

    • Gemini dit :

      Bah, ça se prononce pareil de toute façon… C’est comme Seiya ; aujourd’hui ça s’écrit « flèche étoile », mais il me semble qu’à l’origine c’était un peu plus pompeux, genre « flèche sacrée ».

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s