Ma Petite Sœur ne peut pas être aussi Mignonne

Ma petite sœur ne peut pas être aussi mignonne

Chaque saison possède des séries qui font plus parler d’elles que les autres. Ce, pour des raisons variées. Le problème de Ore no Imouto ga Konnani Kawaii Wake ga Nai (dont la traduction sert de titre à cet article) : un nom qui laisse sous-entendre un contenu incestueux, et un synopsis pour le moins déroutant.

Kyousuke, 17 ans, est un lycéen japonais d’une parfaite banalité, dont la vie quotidienne ne semble rythmée que par ses prises de bec avec sa petite sœur. Un jour, il découvre dans sa maison un DVD d’anime, chose pour le moins surprenante. Et d’autant plus surprenant, au lieu d’un anime, le boitier renferme en réalité un eroge, dont le nom « Imouto to Koishiyo » ne laisse aucun doute sur la nature incestueuse de son contenu. Mais qui, dans la maison, peut bien jouer à une horreur pareille ?
Et si c’était… sa petite sœur !?

Ore no Imouto est typiquement le genre de séries dont j’ai regardé le premier épisode par pure curiosité ; d’ailleurs, cette saison, je crois avoir donné leur chance à presque toutes les nouveautés, pour finalement n’en garder que quatre.
L’inceste en anime et dans une série apparemment typée « otaku », cela n’est franchement pas mon truc ; je le garde pour mes shôjo des années 70 (comme le génial Andromeda Stories). Bref, toujours est-il que je m’attendais tout de même à un truc bien glauque. D’où une excellente surprise à la vue du premier épisode.
La situation est la suivante : nous avons une petite sœur en apparence parfaite mais d’une rare violence verbale envers son grand frère, et un grand frère banal mais bonne patte. Leur relation change lorsque ce-dernier découvre que sa sœur n’est pas aussi irréprochable qu’elle le laisse paraître : non seulement c’est une otaku – ce qui est assez mal vu au Japon, malgré ce que certaines séries peuvent prétendre – mais en plus, elle vit une passion envahissante pour les eroge (jeux érotiques). Ou, plus exactement, pour les eroge mettant en scène des petites sœurs. Vous saisissez l’ironie de la situation.
Comme elle sait que ses loisirs seraient très mal vus de la majorité de son entourage s’ils venaient à les découvrir, elle décide de demander conseil à son grand frère, malgré leurs relations très conflictuelles.

Après un premier épisode à la fois drôle et enthousiasmant, aucune raison de faire un procès d’intention à cette série quant à une éventuelle dérive, même si certaines mauvaises langues commencent déjà à essayer de ramener les spectateurs à la raison, en leur faisant bien comprendre que le grand frère allait forcément se taper sa sœur avant la fin. Maintenant que l’anime vient de s’achever, je peux le dire : ils l’ont eu dans l’os ! Il y a bien eu une scène un peu tendancieuse – que je prends comme une référence à Neon Genesis Evangelion – et les sentiments de Kirino peuvent parfois paraître confus, mais aucune relation amoureuse entre le couple vedette. Que dalle. Nada. Et personnellement, je préfère comme cela.
Dès le début, j’ai pris cette série plus comme un délire parodique qu’autre chose. Une collégienne qui joue à des eroge dévolus au siscon (sister complex) et qui s’extasie devant les gamines car elle les trouve mignonnes, tout de suite, cela ne fait pas très sérieux.

Dans les faits, comment fonctionne cet anime ? Apparemment, Kirino souffre de n’être entourée que de personnes lambda, avec qui elle ne risque pas d’échanger sur ses passions. Donc, elle utilise tous les prétextes pour forcer son frère à rentrer dans son univers, et chaque nouvel épisode peut être considéré comme une nouvelle épreuve à affronter pour le pauvre lycéen : maid café, convention, Akihabara, eroge,… Toujours sur un ton largement humoristique, même si les révélations autour de Kirino seront l’occasion de moments plus dramatiques, montrant que les otakus sont loin d’être bien considérés au Pays du Soleil Levant.

Le seul vrai problème de cette série vient peut-être de son couple vedette. Kyousuke, notre héros, a beau être doté d’un certain bon sens, il se montre particulièrement attentif envers sa petite sœur ; alors que, franchement, nous ne pouvons pas dire qu’elle le mérite. Il peut aller loin pour son bien, mais elle ne lui en est que très rarement reconnaissante. Kirino, justement, est une horreur sur patte, une gamine violente et autoritaire qui semble considérer son frère comme un moins que rien ; elle n’hésite d’ailleurs pas à le traiter de pervers, alors que c’est généralement elle qui l’a poussé à commettre des actes limites… Peut-être qu’elle a tout simplement du mal à exprimer ses sentiments, mais le résultat reste le même : elle mérite des baffes, et pas qu’un peu. Heureusement, ils ont tout deux de bons côtés, et leurs personnalités servent aussi à apporter des aspects comiques ; par exemple, Kirino joue à un jeu où une gamine possède la même personnalité qu’elle, et la voilà qui râle devant son ordinateur, et se plaint qu’une petite sœur avec un tel comportement, cela ne peut pas exister.

Il va sans dire qu’ils ne sont pas les seuls protagonistes de la série. Nous retrouvons pèle-mêle le père autoritaire mais sensible, la mère un peu à l’ouest, l’amie d’enfance de Kyousuke et sa famille envahissante, la meilleure amie « normale » de Kirino, une otaku à l’ancienne, et une cosplayeuse à tendance gothique. La plupart sont excellents, en particulier les deux amies otaku de Kirino. Par contre, le dernier épisode introduit un nouveau personnage à fort potentiel comique dans l’entourage de Kyousuke, et je trouve dommage que nous n’ayons pas eu l’occasion d’en apprendre plus à son sujet. Et cela manque de fujoshi, pour compléter le tableau. Peut-être pour une seconde saison ? Je ne serais pas contre.
Car oui, je peux le dire : j’ai apprécié cet anime. Son synopsis apporte une forme d’originalité, et il m’a surtout véritablement amusé. Typiquement, voilà une série sympathique et divertissante. Cela ne va pas plus loin, mais suffit amplement à mon bonheur.

Publicités
Cet article a été publié dans Animes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Ma Petite Sœur ne peut pas être aussi Mignonne

  1. Tabris dit :

     » le grand frère allait forcément se taper sa sœur avant la fin. » fin de l’anime =/= fin de l’histoire. Le LN courant actuellement sur 7 volumes, l’anime est loin d’avoir rattrapé le contenu actuel.

    J'aime

    • Gemini dit :

      Sauf que le bouquin m’importe peu, dans la mesure où je me contente de son adaptation. D’ailleurs, les animes qui ne ressemblent pas à leurs originaux, cela existe (il suffit de regarder les productions Shaft).
      Donc du moment que cet anime correspond à mes goûts, tout va pour le mieux.

      J'aime

  2. Tinky dit :

    Merci Gemini, grâce à toi je ne vais pas être obligé de bloguer sur cette série, puisque tu résumes parfaitement mon avis ! o/

    Sur ce, je m’en vais regarder le dernière épisode de cette série qui, à l’instar de Ika Musume, aura été une très bonne surprise.

    J'aime

  3. Caziro dit :

    Bon article, je suis globalement d’accord, sauf sur certains points (mais je crois que pas grand monde l’est avec moi là-dessus alors bon :< ), notamment la relation Kyousuke-Kirino que je trouve franchement excellente et qui entre pleinement dans ma conception de la fraternité : Pour l'instant.
    "Je t'aime pas, je te déteste, va chier, mais si t'as besoin de moi, fais-le moi savoir. Si j'en suis capable, je le ferai même si je sais que tu ne me remercieras pas correctement."
    J'avais parfois l'impression, dans les grandes lignes, d'avoir vécu les mêmes scènes, que ce soit avec mon frère ou ma soeur.
    Après, il y a parfois des dérives (je pense au meeting pour la préparation de l'anime qui se termine pas comme il aurait dû à mon gout.).
    mais dans l'ensemble, c'est une comédie fraiche et dynamique, drôle et touchante, avec un cast dans l'ensemble très attachant (je retiens les mêmes que toi : Saori, Kuroneko, Kirino et Kyousuke). Après il y a tout ce petit jeu de références parfois qui amadoue son public, du BON fan service comme j'en avais déjà parlé y'a 5 blogs (j'exagère à peine), avec en point d'orgue l'insert song de l'épisode 10.

    Bref, impatient de voir la suite, les specials, je prie également pour une deuxième série, je verrai d'ici la fin des specials si je m'attaque aux LN. Mais j'ai envie de donner la série comme étant celle de la saison, même si je sais que je vais me faire rire au nez~.

    J'aime

  4. Amrith dit :

    Gemini c’est le Gizmo du fandom.
    Fidèle allié du moe tsuntsun au naturel, admirateur des thalistes, il se met à fustiger les anime faciles et racoleurs quand on lui donne à manger après minuit. Mouillé il se change presque en military-otaku puis il redevient moephile en séchant.

    J'aime

  5. Faust dit :

    Probablement un des animes les plus pourris de 2010…les personnages ont le charisme d’une huître, leurs interactions n’ont pas le moindre sens, l’histoire n’a ni queue ni tête (le passage du best-seller adapté en manga)…et pas mal de sous-entendu incestueux et de fan service en prime….

    Enfin bref, rien d’intéressant, rien de drôle…donc ça va FORCEMENT avoir du succès…

    J'aime

    • haters gonna hate dit :

      t’est sur que l’on parle du même animé?
      celui ou le gamin ordinaire menace son père pour sa frangine ?
      quand au passage du best-seller adapté je pense que c’est une marque de passage de l’auteur

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.