Asobi ni Iku yo ! Nya !!!

Même les séries apparemment les plus prévisibles peuvent réserver leur lot de surprises. Malgré des dehors peu engageant, Asobi ni Iku yo ! fait probablement partie des meilleurs titres de l’année 2010. Rien que ça.

Le destin nous punit-il d’avoir trop apprécié Love Hina ? La réflexion prête à sourire, mais compte-tenu du nombre d’animes harem ayant fleuri depuis le succès de la série de Ken Akamatsu (qui n’a rien inventé), difficile de ne pas faire le rapprochement. Et, dans la mesure où peu de spectateurs (occidentaux) font preuve d’un attachement particulier à ce sous-genre, cela ne peut que passer pour une punition.

Je n’aime pas les séries harem. Enfin, je balance cela comme une généralité, mais il m’arrive tout de même d’en regarder. Peu. Disons qu’il ne s’agit pas des titres vers lesquels je vais me diriger en priorité. Je ne leur donne leur chance qu’en cas de critiques globalement positives, ou d’informations selon lesquelles l’anime en question possède un « plus » notable, comme un concept relativement intelligent ou une volonté de jouer la carte de la parodie.

Dans le cas de Asobi ni Iku yo !, le synopsis ne me donnait pas franchement envie… Une extra-terrestre à gros seins + oreilles de chat + queue débarque dans la vie d’un otaku moyen binoclard et sans véritable charisme ; dès le départ nous sont aussi apportées sur un plateau la copine de lycée et l’amie d’enfance, toutes deux aussi sexy (dans des styles différents) qu’amoureuses de la crevette de service.
Tellement de clichés que cela peut difficilement être pris au sérieux. Et, justement, il ne faut pas le prendre au sérieux.

Ce sont des avis étonnamment bons qui m’ont finalement attiré vers cet anime. Ça, et… hum… un certain attachement aux nekomimi…
Euh… Qu’est-ce que je disais, déjà ? Ah oui, je sais. Certains animes pourraient fort bien se contenter d’une entame aussi basique, mais pas Asobi ni Iku yo !, qui va dès le début démontrer des caractéristiques attachantes. Déjà, la rencontre entre notre héros et la belle fille-chat sort des sentiers battus, puisqu’il la découvre en train de s’amuser tranquillement avec sa famille, ses membres ne semblant pas surpris le moins du monde de discuter avec une étrangère aux oreilles de chat.

La suite ne fait que confirmer cette drôle d’impression, d’autant plus quand plusieurs organisations commencent à cibler la visiteuse spatiale, parmi lesquelles la CIA, une secte dédiée aux oreilles de chat, ou encore des terroristes passionnés de Hard SF qui considèrent qu’une fille aux allures de cosplayeuses n’a pas les qualifications requises pour constituer le premier contact entre les Terriens et un peuple extra-terrestre.
La machine est lancée.

Plus que dans les interactions entre le personnage principal et ses courtisanes – lesquelles diffèrent légèrement des poncifs – Asobi ni Iku yo ! puise sa force dans un délire non dénué d’un véritable scénario, des protagonistes attrayants, quelques détournements bien sentis, des accessoires mignons (les Assistaroïdes !!!!), et une bonne dose de bonne humeur.
Il en résulte un anime distrayant, amusant, réussi, et – aussi incroyable que cela puisse paraître – original. Ce qui ne le dispense pas de jouer la carte des maillots de bain et autres fétiches, mais rarement de manière sérieuse. Ce qui reste toujours bon à prendre, hein !

Asobi ni Iku yo ! s’impose, après 12 épisodes (en attendant l’OAV et peut-être une seconde série) comme une excellente surprise. Le synopsis ne paye pas de mine, de même que le chara design qui en temps normal me donnerait plutôt envie de fuir. Pourtant, il s’agit bien d’un anime étonnant. Je conseille vivement à ceux qui ne supportent pas les séries harem de tout de même laisser sa chance à celle-ci ; je crois qu’ils ne seront pas déçu.
Par contre, il vaut peut-être mieux attendre la version non censurée. Tous ces rayons de lumière utilisés pour cacher certains aspects de la physionomie féminine, cela peut finir par devenir lassant.

Publicités
Cet article, publié dans Animes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Asobi ni Iku yo ! Nya !!!

  1. Gen' dit :

    Le charadesign fait justement partie des choses qui m’avaient attirées dans cette série à la base, que j’espérais au moins trouver divertissante avec son côté harem assumé. Je trouve qu’on a souvent tendance à se moquer royalement de la réalisation à partir du moment où il y a de la poitrine et du pantsu, et ça m’a fait plaisir de voir quelque chose d’un peu plus évolué à ce niveau là dans Asobi ni Iku yo!, je trouve le design de l’ensemble soigné, au point que ça me rappelle l’époque de Chobits.

    Par contre, j’ai été totalement surpris par l’originalité à laquelle tu fais allusion, déconcerté même. Je m’attendais à ce que le synopsis halluciné suive un déroulement tout simple, mais à essayer de comprendre ce qu’essayait de faire la série je me suis souvent retrouvé avec un bon mal de crâne. Je n’arrive toujours pas à la classer dans un genre bien délimité, c’est peut-être ça qui lui donne son identité (et ce qui me rebute quelque peu). C’est peut-être une erreur, mais avec quelque chose de si fouillé et assumé, je m’attends toujours à ce que la série prenne des tournants plus sérieux par moments, j’ai du mal à détacher mon idée d’une bonne comédie d’un fond sérieux qui alimenterait son humour.

    Je dois aussi admettre que mon penchant pour les meganekko n’est pas pour rien dans mon intérêt premier pour la série, et quelle megane !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s