Tout le monde dit « I Love ARTE ! »

Il fut un temps où je regardais énormément la télévision. Il faut dire qu’à cette époque, la télévision offrait encore des programmes de qualité : animation japonaise et grands films. Mais dans cet océan de médiocrité qu’est la télévision française du nouveau millénaire, il reste un dernier bastion d’excellence : ARTE.

Certains prétendent que je me passionne pour les vieux animes et les vieux films. Ce n’est pas tout à fait exact : je dirai plutôt qu’il n’y a aucune raison pour que les productions modernes soient les seules dignes d’intérêt, donc je regarde aussi bien des œuvres récentes qu’anciennes. Et parmi toutes ces œuvres, certaines m’ont énormément marqué, dont un film de 1927 que je considère comme mon préféré : Metropolis.

Chef d’œuvre du réalisateur Fritz Lang et à travers lui de l’expressionnisme allemand, ce muet exceptionnel narre l’opposition, dans une mégalopole futuriste, entre un peuple élu qui jouissent des bienfaits de la vie et les ouvriers misérables qui font fonctionner la ville dans les sous-sols. Lorsque Freder, fils du magnat de Metropolis, découvre les conditions d’existence des travailleurs et la belle Maria, il décide d’en apprendre plus à leur sujet.
Véritable monument de la science-fiction, Metropolis joue aussi bien sur des effets spéciaux au rendu saisissant, une histoire d’amour belle et poignante, et une maîtrise de l’image et de la mise en scène tout simplement magistrale. Aucun mot ne saurait rendre justice à la puissance et au lyrisme de ce long-métrage.

Si j’en parle, c’est que la chaîne ARTE propose aux spectateurs une soirée spéciale consacrée à Metropolis, à partir de 20h00, à l’occasion de la projection de la version restaurée du seul film classé au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO.
Cet événement est tout sauf anodin, et j’ai du mal à dissimuler mon enthousiasme. Car ce film a connu un destin chaotique : jugé trop long lors de sa sortie, les projectionnistes de l’époque ont joué des ciseaux pour enlever des scènes et ainsi le raccourcir autant que possible. Lorsque le compositeur italien Giorgio Moroder reprend le film en 1984 pour retravailler sa bande-son, il ne reste plus que 1h20 de pellicules, conservées par les archives nationales allemandes. S’en suit un travail de fourmi, effectué en collaboration avec la fondation Friedrich Wilhelm Murnau, pour retrouver les fragments disparus, pour aboutir en 1995 à une version de 2h33, toujours incomplète. A l’heure actuelle, je n’ai vu que celle-ci, la seule sortie en DVD.
Mais en 2008, la fondation Murnau annonce la découverte, chez un particulier de Buenos Aires, de 25 minutes de scènes manquantes, soit la quasi-totalité de celles-ci. Après un an et demi de restauration, c’est ce soir qu’aura lieu à Berlin la projection de cette nouvelle version de Metropolis, diffusée simultanément sur ARTE. Un événement immanquable.

Je suppose que nombre d’entre vous ne sont pas particulièrement motivé à l’idée de voir un film muet en noir & blanc, mais il s’agit d’une œuvre fabuleuse, prenante, tout simplement somptueuse. Et importante pour votre culture personnelle, puisqu’elle a inspiré de nombreux artistes et créateurs par la suite, jusque dans les manga.
Osamu Tezuka s’est inspiré d’illustrations de Metropolis pour écrire son manga éponyme. Le film de Rintaro et Katsuhiro Otomo, plus proche de l’original que de la version du Maître, est à la fois un vibrant hommage à Osamu Tezuka et à Fritz Lang. Le réalisateur fait d’ailleurs une apparition remarquée dans une autre série culte : Full Metal Alchemist.
Gunnm, Dark City, les Batman de Tim Burton, Blade Runner, Final Fantasy VII : nombre d’oeuvres cultes reprennent l’architecture atypique ou les concepts mis en place dans Metropolis.
Alors ce soir : tout le monde devant ARTE !

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Tout le monde dit « I Love ARTE ! »

  1. Mistaire T. dit :

    J’y serais.Faut bien que je commence à me construire une culture cinématographique.J’espère quand même que le fait que le film soit muet, ne posera pas de problèmes niveau compréhension. #___#

    Et merci d’avoir prévenu à l’avance, je n’étais vraiment pas au courant de l’évènement. 🙂

    J'aime

  2. gemini dit :

    Tu n’as pas à te faire de soucis, c’est parfaitement compréhensible. C’est quand même prévu pour : quand ils n’avaient pas le son, ils travaillaient en fonction.

    J'aime

  3. mt-i dit :

    Tu as encore réussi à écrire un article de 600 mots pour dire du bien d’une œuvre sans le moindre commencement d’argument ou d’explication de ce qui fait sa qualité—seulement des superlatifs, des arguments d’autorité et des remarques un peu difficiles à prendre au sérieux (« effets spéciaux au rendu saisissant », il faut le dire vite).

    Alors bon, je n’ai rien contre Fritz Lang (même si je m’amuse beaucoup plus devant Eisenstein), et tu ne prends certes pas un risque énorme à dire du bien d’un film comme Metropolis (malgré son discours parfois limite; « Der Mittler zwischen Hirn und Händen » et tout ça, on ne sait pas si on doit juste sourire ou rire jaune), mais ce serait bien si, au milieu de tes dithyrambes (ou l’inverse d’ailleurs, ça t’arrive aussi), il y avait des éléments de justification.

    (Sinon, à mon avis, pour reprendre des arguments donnés par SDS au sujet d’une intro aux anime de mecha, si tu t’adresses spécifiquement à des gens qui ne sont pas familiers du cinéma des années 20 ou du muet en général, les encourager à commencer par Metropolis en version longue, ça ne me paraît pas une riche idée. Parce que bon, ce n’est pas tout à fait aussi soporifique que l’Aurore de Murnau (ce chef-d’œuvre!), mais les nombreuses répétitions et le rythme pas exactement enjoué du film font qu’on s’ennuie assez vite. Un conseil à faire fuir, quoi. Mébon.)

    J'aime

  4. gemini dit :

    Nan mais ne cherche pas, mt-i, tu sais pertinemment que je ne suis pas capable d’argumenter.
    Quant à commencer par Metropolis pour s’initier à ce type de cinéma, je ne vois pas le problème puisque j’ai moi-même débuter avec ce film. Et c’est passé comme une lettre à la poste, un vrai régal.

    J'aime

  5. NiKi dit :

    Et ma télé qui a sauté y’a une semaine, et COMME DE PAR HAZARD, les programme intéressants commencent à fuser~

    J'aime

  6. mt-i dit :

    « J’ai moi-même commencé par là donc je ne vois pas le problème », c’est exactement ce que disent les fans de mecha qui proposent d’introduire le sujet par First Gundam ou VOTOMS. Bon, je t’accorde que tu n’étais probablement pas un jeune garçon impressionnable au moment de la sortie du film, toi, au moins. 🙂

    J'aime

  7. Korigan dit :

    Les effets spéciaux sont bien marrant et bien fait pour l’époque mais la gueule et les mimiques du personnage principal sont assez vite agaçant, heureusement que la musique était sympa!

    En revanche, le muet c sympa mais l’arriver de mes potes a été salvateur parce que je commençais a m’endormir au bout d’une demi heure!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.