Ouin ! C’est trop émouvant !

Certains animes vous ont fait pleurer, fondre en larme, déverser du fluide lacrymal de partout sur votre sachet de chips ? Moi aussi. Et comme un salopard a eu l’idée saugrenue de me rappeler l’existence d’une série traumatisante qui m’a vidé de toutes les larmes de mon corps, j’ai envie d’enfoncer encore plus le couteau dans ma plaie béante recouverte de sel en parlant des titres qui m’ont ému au point de chialer. Il y aura sans doute des surprises, et des révélations sur des détails majeurs de certaines séries.

Les Chevaliers du Zodiaque[spoiler]

Tadam ! J’espère que cela vous surprend. Non ? Roh, vous n’êtes pas drôles…
Je n’ai jamais caché ma passion pour cette série, et niveau émotion, la saga Asgard remporte la palme en ayant réussi à me faire pleurer à plusieurs reprises. La particularité de cet arc narratif : des personnages avec un passif mieux détaillé, qui les rend plus attachant et qui rend surtout leurs mortes plus bouleversantes.
L’autre arme de cet anime – car je parle bien de l’anime – c’est la musique : Seiji Yokoyama est un maître quand il s’agit de composer des thèmes puissants et émouvants ; il faut imaginer que même le Drama CD de la série intitulé Galaxian Wars, et les dialogues du CD Hadès (celui de 1990) ont réussi à me faire verser des larmes, c’est dire l’impact que ces musiques ont sur moi.
Et avec tout ça, Toei Animation n’a pas réussi à m’émouvoir avec Inferno II, qui reprend pourtant le passage le plus dramatique du manga…[/spoiler]

Fullmetal Alchemist[spoiler]

Je me demande s’il existe de bonnes et de mauvaises larmes. Un anime qui nous touche au point de nous faire pleurer, c’est un exploit en soi. Mais autant je considère cela comme quelque chose de positif dans le cas de Saint Seiya, autant pour FMA, j’ai eu l’impression de pleurer d’amertume. Un type qui meurt en héros (nekketsu powa), ça me touche. Une fillette innocente transformée en monstre, ça me touche mais ça me dégoute tout autant. Et c’est en particulier à cause de ce passage que j’ai toujours eu beaucoup de mal avec cette série, enfin surtout avec l’anime qui s’appesantie lourdement dessus.
FMA m’a fait pleurer, mais à cause d’un acte innommable.[/spoiler]

GunBuster[spoiler]

Probablement le final le plus émouvant de l’animation japonaise, ou du moins un des plus émouvants. Avec le décalage entre les personnages mis en place progressivement (à cause du voyage à la vitesse de la lumière), une dernière OAV en noir et blanc qui reprend ses couleurs vers la fin, le petit message nous indiquant le temps passé, et pour finir la surprise faite aux héroïnes, tout dans GunBuster tend vers ce final d’une intense émotion. Et c’est parce qu’il reprend ce même passage d’un autre point de vue que la fin de DieBuster m’a elle-aussi ému aux larmes.[/spoiler]

Gunparade March[spoiler]

Ce n’est pas parce qu’un anime me touche que je le considère forcément comme de qualité. FMA était un cas particulier car il ne m’a pas ému pour de « bonnes » raisons, mais Gunparade March m’a offert un passage dramatique et poignant sans pour autant que je l’apprécie ; tout simplement car le passage en question est aussi le seul de ce type dans un anime qui, compte-tenu de son contexte, aurait pu en proposer bien plus.
Comme pour Saint Seiya, le secret vient de la musique : le thème accompagnant la seule mort de la série s’appelle The Singing Voice of Ruins, et a été composé par l’immense Kenji Kawai. Cette chanson me prend aux tripes à chaque fois que je l’entends. Son OST est pour moi le seul atout de Gunparade March.[/spoiler]

Hourou Musuko[spoiler]

Le seul manga de la liste, le seul titre qui a réussi à me toucher très profondément sans recourir à la musique. Le traumatisme cité dans l’introduction, c’est lui. C’est un manga dur, tellement dur ! Tellement beau. Tellement déprimant…[/spoiler]

I My Me! Strawberry Eggs[spoiler]

Cet anime mériterait une plus grande reconnaissance du public ; je le considère comme un des meilleurs, tant il arrive à jouer aussi bien sur l’humour que sur l’émotion. Je trouve la fin – avec la révélation sur Hibiki, son départ, et la réaction de Fuko – extrêmement touchante, à l’image de ce titre drôle et sensible, traitant de sujets délicats malgré son apparente désinvolture.[/spoiler]

Kodomo no Jikan[spoiler]

Seul celui qui n’a jamais vu Kodomo no Jikan pourra y voir une simple histoire pour lolicons. Il s’agit, au-delà des préjugés et de nombreuses scènes légères impliquant des élèves de primaire, d’une série dramatique. Le passé de Rin a de quoi bouleverser le cœur le plus endurci, et je n’ai pas pu y échapper. Pauvre Rin-chan.[/spoiler]

Larme Ultime[spoiler]

Le titre français est quand même bien trouvé, et justifie totalement la place de cet anime dans cette liste : Saikano (nom VO raccourci), c’est triste. Une histoire romantique, dans un univers apocalyptique effacé par l’omniprésence du couple vedette. Les ultimes secondes de la série, placées sous le signe de l’amour et de l’amour, m’ont fait pleurer à chaudes larmes.[/spoiler]

Naruto[spoiler]

Et je vous emmerde ! Je mets Naruto si je veux, d’abord. L’anime vaut ce qu’il vaut – beaucoup trop de fillers à mon goût, pour une histoire déjà bien longue – mais il dispose de nombreux excellents passages, avec l’avantage du mouvement et surtout de la musique part rapport à l’œuvre d’origine. Voilà, c’est encore un coup de la musique si une scène m’a plus impressionné dans l’anime : en l’occurrence, il s’agit de l’enterrement du 3ème Hokage. Pas sa mort, mais bien son enterrement. C’est bien réalisé, avec une musique triste à souhait, et puis je l’aimais bien ce vieux, moi. D’où : « ouin ».[/spoiler]

Pokemon[spoiler]

Et je vous emmerde² ! Je mets Pokemon si je veux, d’abord. Le problème vient du principe même de Pokemon : le héros, pour promouvoir les jeux, doit varier un petit peu les Pokemon qu’il utilise. Sauf qu’après les avoir entraîné durement, il n’a aucune raison de privilégier les nouveaux capturés, et de mettre les anciens à l’écart. Les scénaristes redoublent donc d’ingéniosité pour forcer Sacha à abandonner ses Pokemon d’une façon ou d’une autre, afin qu’ils soient remplacés. Et bien souvent, les séparations sont des déchirements, à force de moult flashbacks et de thèmes ouin ouin. Comme je suis faible, ça fonctionne une fois sur deux, voire plus. Les départs de Dracaufeu et de Carapuce, surtout, m’ont plongé dans un état à peine imaginable.[/spoiler]

Porco Rosso[spoiler]

Bizarrement, c’est une scène toute simple qui m’a le plus marqué et ému. Et cela ne m’a fait cet effet qu’au bout de plusieurs visionnages. Il ne faut pas chercher à comprendre. La scène en question, c’est celle où Marco voit les avions de ses amis (et de ses ennemis) s’envoler au-dessus de lui, et qu’il se rend compte qu’ils viennent de mourir. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve ce passage bouleversant.[/spoiler]

Queen Millennia[spoiler]

Je précise qu’il s’agit du film, distinction importante car d’une la fin n’est pas la même que dans la version TV, et de deux car le compositeur de la musique n’est pas le même. Et l’aspect tragique et larmoyant découle directement de ces deux points. A la fin du film, Aeris Yukino meurt. La dernière scène nous montre ses funérailles, avec la procession des précédentes Sennen Jo, et la sublime chanson Angel Queen de Kitaro, interprétée par Dara Sekada. Sachant que Yukino fait partie de mes personnages d’anime favori, vous comprenez ma réaction.[/spoiler]

Le Tombeau des Lucioles[spoiler]

Ouais, bon, j’avoue : le fait que cet anime m’ait fait pleurer n’a strictement rien de surprenant. Je ne connais personne – ou alors cette personne ne l’a jamais mentionné – qui soit sorti indemne de ce chef d’œuvre de l’animation japonaise extrêmement déprimant. L’empathie avec les deux personnages principaux – des orphelins de la Second Guerre Mondiale – marche tellement bien que la succession de malheurs finit par faire fondre en larme le spectateur le plus averti, surtout à la fin.
Je l’avais découvert sur Arte, et j’ai décidé de ne plus jamais revoir ce film qui, aussi beau soit-il, me fout le moral à zéro à un point inimaginable. Je suis cinglé, pas masochiste ![/spoiler]

Tengen Toppa Gurren-Lagann[spoiler]

Il aurait dû me faire pleurer au point de mourir de déshydratation, cet anime. Et s’il ne l’a pas fait, c’est qu’il y a eu quelques ratés. Je ne parle pas de la mort de Kamina, qui m’a seulement surpris. Non, je parle de la disparition de tous les combattants secondaires. Ils crèvent presque tous au même moment ! Cela enlève la quasi-totalité de l’aspect épique et dramatique, un peu comme dans Zeta Gundam (qui ne figure justement pas dans cette liste pour cette même raison). J’aurais pu pleurer pour chacun d’eux séparément, mais ça a été trop vite expédié ; heureusement qu’il restait Kittan, Jigan, et Barinbou, pour qui j’ai effectivement verser une petite larme, mais c’est vraiment du potentiel gâché.[/spoiler]

Très Cher Frère[spoiler]

Cet anime a failli ne pas figurer dans cette liste. Vous vous rendez compte ? Déjà qu’il manque Lady Oscar ! Le problème, c’est que le moment le plus émouvant – celui qui m’a fait pleurer – possède aussi un léger côté ridicule. C’est la mort de Saint-Just, bien entendu. Mais il faut replacer cette mort dans son contexte : elle vient de se débarrasser de ses pulsions suicidaires, la vie est belle, les oiseaux chantent, et voilà qu’elle meure bêtement dans un accident. J’ai manqué de rire, sur le moment. Finalement, mes yeux ont préféré sécréter du fluide lacrymal. Ce n’est pas plus mal.[/spoiler]

Il me semble qu’il doit y en avoir d’autres, mais là je sèche. Je rajouterai toutefois que certains animes m’ont fait pleurer de bonheur, tels que Sandy Jonquille et Mobile Fighter G Gundam. Et il y a un générique de fin de Magical Doremi qui me fait pleurer, mais je ne vous dirais pas lequel.

Publicités
Cet article, publié dans Animes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Ouin ! C’est trop émouvant !

  1. Grimm dit :

    Ah, le départ de carapuce… quand vient le tour de dire au revoir à bulbizarre… ça vaut presque le coup d’assister à toutes les aventures inutiles pour assister à ça.

    Pour le tombeau des lucioles, j’y avais jamais vraiment réfléchi, mais il semblerait que je ne sois pas non plus près de le revoir de si tôt.

    J'aime

  2. Niko dit :

    Bien que j’adore Saint Seiya, je n’ai encore jamais vu toute la puissance émotionnelle qui se cache derrière, ou en tout cas ça n’a jamais marché sur moi.
    Pour Gurren Lagann, j’ai eu le même sentiment, la mort des personnages est expédiée, comme si il fallait absolument s’en débarrasser et qu’ils n’avaient pas pu le faire avant…

    Par contre je dois être maso car j’ai bien envie de me revoir Le Tombeau des Lucioles même si je sais que ça va me déprimer pendant un ou deux jours aprés.

    J'aime

  3. TheNeighborhood dit :

    Bah pour ma part, Le Tombeau des Lucioles ne m’a pas si déprimé que ça, il est triste bien sûr, mais bon, pas de là à en faire tout un fromage. Pourtant, c’est bizarre parce que je suis plutôt bon public lorsqu’il s’agit de faire tirer la larme.

    J'aime

  4. Tetho dit :

    Petite nature wwwwwwwwwwwwwwwwwwwwww

    Je n’ai pleuré que deux fois devant un anime, à la mort de la maman de Bambi et à la fin de l’épisode 45 de G Gundam.

    J'aime

  5. Aer dit :

    Et les larmes de virilité Tetho ???

    J'aime

  6. Kameyoko dit :

    Marrant (ou pas) comme article. Idée originale.

    Grand fan de Saint Seiya devant l’éternel, j’ai été aussi beaucoup touché par l’arc Asgard (qui est peut être même mieux que la partie Sanctuaire).

    Pour le Tombeau des Lucioles, un grand classique mais tellement beau et émouvant. Je crois que c’est vraiment le seul anim’ (enfin film) qui m’ait réellement fait pleurer.

    Je suis déçu de ne pas voir One Piece avec le passage ou Nami pleure juste avant que Luffy n’aille tatanner Arlong, ou bien à Enies Lobby avec Robin ou bien le passé de Chopper. Moi j’ai été bien ému par ces passages.

    Il y aussi quelques passages assez touchants dans Gundam 0079.

    Plus jeune je me souviens aussi de Ken le survivant avec la mort de Rei.

    Enfin il y a plein d’anim’ assez tragique ou émouvant.

    Et puis niveau émotion, il n faut pas oublier le maître Miyazaki qui sait bien émouvoir

    J'aime

  7. NiKi dit :

    L’épisode 45 ça oscille entre larmes viriles et larmes de p’tite pute, ce moment est vraiment sublime.

    La fin de G Gundam est couplée a un tas de moment marquants, dont certains que j’hésiterais pas à placer parmis les plus beaux moments de japanim que j’ai vécu, genre celui là que je me repasse assez souvent:

    ( SPOILER DERNIER EPISODE DE G GUNDAM )

    J’avais les larmes aux yeux devant l’épisode 09 de ARIA The Origination, tant c’était grandiose aussi.

    Mais il est vrai que je chiale rarement devant un dessin animé quoi.

    J'aime

  8. C’est vrai que la musique de Saint Seiya elle déchire bien! Que ce soit dans la série ou dans les films, la musique est juste magnifique … Mais bon, moi je suis un homme! Un vrai! Donc, je ne pleure pas !!

    Enfin, sauf à la fin de Kenshin: Seisouhen (la 2e série d’OAV). La musique de Taku Iwasaki est tout juste magnifique tout au long des OAV et puis le scénario est d’une grande puissance émouvante (et de plus je suis fanboi de Kenshin). J’ai pas pu m’empêcher de lâcher ma petite larme à la fin. C’est pour ça que, contrairement à presque tout le monde, je préfère Seisouhen à Tsuikohen.

    Un autre où j’ai chialé comme une gonzesse c’est à la fin de Honey & Clover II (et surtout à la fin du mangasses). C’est émouvant, ça conclut en beauté la série et le tout avec un sandwich! ça c’est de l’exploit! (et aussi la musique de SPITZ aide beaucoup 😀 )

    Après, TTGL m’a pas fait pleurer … mais j’ai toujours des /m/anly tears quand j’écoute « Ten wo Tsuke » ( http://www.youtube.com/watch?v=GopzpFJm4LQ ), la chanson qui concentre toute l’EPICNESS de 40 ans de mecchas piou-piou en elle !! (Taku Iwasaki encore!)

    Et un dernier moment d’émotion ce fut la chanson « Ai Senshi », le générique de fin du 2e film de Goundame, surtout parce que les paroles résument à la perfection la puissance du First Goundame. ( http://www.youtube.com/watch?v=-Qfry3unzM0 )

    Bref, c’est pas avec des mélodrames pour Otaku genre Clannad ou Kanon qu’on va me faire chialer !!

    J'aime

  9. Jack dit :

    Pour Saint Seiya, c’est pas vraiment un arc entier à proprement parler qui m’a touché, mais surtout les passages où Hyoga descend dans les profondeur glaciales pour voir sa mère, et surtout celui où il lui dit adieu… couplé à la musique ça fait vraiment pleurer ^^.

    Sans pour autant en pleurer, j’ai été touché par pas mal d’animes de ta liste et aux même moments, dans FMA quand Nina est transformée puis tuée; la fin d’ I my me strawberry eggs (excellent anime au passage); les pokemon abandonnés par Sacha; L’enterrement de Sandaime Hokage qui est vraiment bien mis en scène avec le petit thème principal mélancolique qui va avec, la pluie…; et enfin le tombeau des lucioles qui est le seul anime à m’avoir bouleversé au point de pleurer des litres de larmes ^^.

    J'aime

  10. Vrille dit :

    Tout d’abord, Gemini je te plussoie pas du tout sur TTGL.[SPOIL]La quasi disparition de tous les pilotes de la Brigade Gurren en moins de 10min est justement là pour nous montrer en quoi toute chose est éphémère et qu’on ne sait pas réagir spontanément devant des évènements aussi brusques(marqués par une quasi-absence de dialogue à ce moment). Et puis omettre la scène « d’un véritable adieu entre hommes » figurant dans l’épisode 26. Un concentré d’épic qui contraste fortement avec les fins brusques et tragiques de nos héros, de par la présence d’adieu, non : d’au revoir, de rire et de joie. J’en ai suer* des larmes de mélancolie et de joie, un véritable arc-en-ciel d’émotion.[SPOIL]
    En plus tu parles même pas d’Ashita no Joe ! Grrrr… #%&Y§’ !

    *un homme ne pleure pas, il sue.

    J'aime

  11. NiKi dit :

     » Bref, c’est pas avec des mélodrames pour Otaku genre Clannad ou Kanon qu’on va me faire chialer !!  »

    Mais arrêtez d’utiliser n’importe comment ce mot a la fin, je veux bien que vous n’appréciez pas les keyani, mais justifier en disant que c’est pour les otakus, c’est juste un concentré de merde.

    Et j’apprécie H&C tout autant que CLANNAD hein, comme quoi les « otakus » sont pas des larves déshumanisés avides de moe. Et puis lol quoi, comme si on regardait un anime pour le moe, si on veut se toucher la nouille on se met devant un H et si vous recherchez l’amour en regardant un DESSIN ANIME, c’est que vous avez vraiment touché le fond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s