Avis sur mes Dernières Lectures (4)

Ô mon dieu ! Il y a des manga dans ce nouveau numéro de mes « Dernières Lectures ». Il doit y avoir un problème, une sorte de couille de dans la Matrice.

100% Doubt (2000)
Auteur : Kaneyoshi Izumi
Résumé vulgairement, 100% Doubt serait l’histoire d’une fille ringarde qui, jalouse des filles populaires de sa classe – lesquelles n’arrêtent pas de parler de leurs histoires de cul – décide de s’inscrire dans un lycée où personne ne la connaitra, de maigrir, de soigner ses problèmes de peau, et de se bâtir une fausse personnalité. Objectif : perdre son pucelage.
Les comédies lycéennes à tendance sexe, ce n’est déjà pas trop mon délire à la base – en shôjo ou en shônen – mais 100% Doubt n’a même pas de qualités outres qui pourraient faire passer la pilule. Ce manga se résume aux interactions entre les personnages, avec une histoire où ce qui semble faire office de scénario vole en éclat dès le premier volume, nous laissant sans véritable scénario… Ce qui sauve généralement ce genre de manga, ce sont les personnages. Et là : circulez, il n’y a rien à voir. L’héroïne est assez amusante et énergique, son amie kogaru obsédée sort du lot, mais les premiers rôles masculins manquent cruellement d’intérêt, et il n’y aucun autre personnage pour rattraper le coup. Je suppose que l’auteur va baser la suite de sa série uniquement sur l’apparition de nouveaux individus, mais je doute que cela sauve ce titre du désastre. Ce sera sans moi.

Big Guy & Rusty the Boy Robot (1995)
Auteurs : Frank Miller & Geof Darrow
Il y a quelques années, M6 diffusait une série d’animation américaine, narrant les aventures d’un enfant robot ressemblant furieusement à Astro Boy. Une fois l’étonnement passé, j’ai découvert un dessin-animé de qualité, prenant et bien réalisé. Quelle n’a pas été ma surprise d’apprendre quelques années plus tard qu’il s’agissait ni plus ni moins que de l’adaptation d’un comics de Frank Miller, génial auteur de Sin City et de Batman The Dark Knight Returns. Et j’ai finalement réussi à mettre la main dessus.
Là, j’ai de nouveaux accumulés les surprises : le comics ne compte que 80 pages (alors que la série dure 26 épisodes), le scénario diffère entre les deux versions, et surtout le comics ne sert vraiment que d’introduction aux personnages, tout en évitant d’exprimer clairement la particularité de Big Guy. En gros, le Japon est attaqué par un monstre dinosaure, et la nouvelle arme du pays – un petit robot nommé Rusty – se fait battre à plat de couture, poussant le gouvernement à faire appel au célèbre robot Big Guy.
L’histoire ne vas pas plus loin que la confrontation avec le monstre, et la rencontre de Big Guy et Rusty (dans des conditions qui seront changées pour la série TV), ce qui se comprend vu le format. Dommage, car l’adaptation montre beaucoup de bonnes choses, dont nous n’avons finalement pas le temps de profiter ici. Ce comics fait plus figure d’hommage à l’animation et au cinéma nippons, avec en particulier de multiples références à l’œuvre de Osamu Tezuka. Par contre, l’excellent trait de Geof Darrow tient plus de la BD européenne, mais j’apprécie énormément son coup de crayon.
Hormis pour les amateurs du DA, ce comics reste hélas dispensable. Quelques bons moments – le coup final avec le métro m’a cloué dans mon fauteuil – ne justifient pas vraiment de s’attarder sur ce titre bien trop court et linéaire pour être marquant, malgré une idée originale et attirante. Si jamais la série devait sortir en DVD, cela vaudrait tout de suite bien plus le coup.

Vinland Saga 1 à 5 (2005)
Auteur : Makoto Yukimura
J’avais adoré Planètes, le précédent manga de Makoto Yukimura, et malgré les excellentes critiques de Vinland Saga, j’ai mis du temps avant de m’y intéresser. Mais je ne regrette pas cette acquisition.
Après l’espace, le mangaka nous plonge dans l’univers des vikings au début du XIème siècle. De mon point de vue, l’histoire et les personnages n’ont pas un grand intérêt ; enfin, surtout les personnages. Comme dans Planètes – ça devient redondant – la plupart sont totalement autistes : ils se sont fixés un but, et ne vivent que pour cela ; rien ne doit les détourner de leur voie, ils sont totalement obnubilés, et je trouve même le personnage principal aussi antipathique que Hachimaki, son alter-égo spationaute. De toute façon, son histoire de vengeance s’efface devant l’Histoire que nous conte Vinland Saga, celle de l’Angleterre ravagée par la guerre, celle des Danois et des luttes de clans, celle des fiers guerriers du Nord et de leurs incessantes batailles, enfin celle de l’évangélisation de l’Europe. L’œuvre est documentée, vivante, passionnante, servie par le dessin magnifique et détaillée de Makoto Yukimura. En se focalisant plus sur le destin d’un peuple que sur des personnages aussi humains qu’ils peuvent être apathiques, il nous dépeint une fresque d’une grande qualité dont j’ai dévoré les 5 premiers volumes. Âmes sensibles s’abstenir, car les scènes de combat nous sont proposées avec un réalisme qui laisse pantois, et une violence tendant à l’horreur la plus absolue ; mieux valait ne pas être un paysan anglais à l’époque… Mais cela ajoute encore au réalisme de Vinland Saga !
Ce manga mérite largement les louanges qui lui sont faites, même si du même auteur, je garde une préférence pour Planètes.

Walking Dead 1 à 2 (2003)
Auteurs : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Rick se réveille dans un hôpital pour s’apercevoir que le monde est rempli de zombies. Les zombies sont redevenus à la mode depuis quelques années, et je ne risque certainement pas de m’en plaindre dans la mesure où j’adore ce genre, même si je trouve rarement des œuvres à ma convenance, ou du moins des œuvres sérieuses à ma convenance. Et heureusement, Walking Dead répond à mes critères de qualité.
De la même façon que High School of the Dead, cette série ne révolutionnera sans doute pas le genre, mais elle possède un atout de taille. En effet, les histoires de zombies se cantonnent essentiellement au format cinématographique, trop court pour évoquer plus que des anecdotes. Au contraire, le comics en plusieurs volumes va permettre de développer les personnages et les situations, afin de proposer autre chose que des groupes de survivants qui survivent juste le temps de se faire bouffer ; là, nous pouvons espérer qu’ils tiendront un peu plus longtemps, afin de nous proposer des événements nouveaux mais crédibles dans un tel contexte.
Après deux volumes, pas de grandes innovations mais un scénario qui suit son cours qui devrait nous apporter de belles choses pour la suite, ça se laisse lire sans déplaisir. Il n’y a qu’au niveau du dessin que j’ai un peu de mal.

Publicités
Cet article, publié dans Comics, Manga, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Avis sur mes Dernières Lectures (4)

  1. neokenji dit :

    Faut vraiment que je me remette à Vinland Saga. Vu que t’as lu les 5 premiers volumes, comment évolue l’intrigue une fois qu’on a passé les 2 premiers volumes ?

    J'aime

  2. gemini dit :

    Franchement, il n’y a pas vraiment de lien entre le début du manga et sa suite. Une fois le flashback passé, je pensais que l’auteur allait revenir sur la relation Askelaad/Thorfinn, mais il place ses personnages dans une situation très différente et vraiment captivante, avec une nouvelle histoire et de nouveaux personnages. Le début ne sert qu’à mettre les éléments en place, à connaître les deux principaux protagonistes.

    J'aime

  3. brotch dit :

    Vinland Saga vaut vraiment le détour. Pour le moment, je garde moi aussi une préférence pour Planètes (énorme manga de SF). Mais Vinland Saga évolue rapidement dans la suite de son histoire (les volumes suivant, 6-7, sont magnifiques). Je ne doute pas que cet auteur, aux centres d’intérêts visiblement très proche des miens (j’adore sa façon d’aborder la spiritualité dans Planètes!) va amener ses personnages à évoluer dans le bon sens à l’avenir. Je pense que cette série s’annonce longue. Je doute qu’elle s’arrête avant le 15ème tome.

    J'aime

  4. Brotch => Dans une interview pour Animeland (n°153 juillet-aout 2009) Makoto Yukimura estime qu’il lui faudra une vingtaine de tomes pour arriver à la fin de son récit. Bien vu.

    Sinon toujours sur Vinland Saga, je trouve que la violence n’est pas si difficile à supporter pour son traitement visuel car le pire n’est pas montré. (ça se passe dans un village anglais par exemple)
    Personnellement c’est le conflit entre mon attachement pour les personnages et leurs actions qui me triture le plus l’esprit. Mais j’aime ça !

    J'aime

  5. BuzzerMan dit :

    Je me suis aussi lancé dans Walking Dead et j’avoue que c’est vraiment ce que j’attendais maintenant que la grosse mode est lancée : comment est-ce qu’on survit pour de vrai dans ce merdier !
    Apparemment j’ai un avantage sur toi : j’aime beaucoup le trait. Je me perds juste un peu dans les personnages quand je reprends un tome après une pause d’une semaine.

    Et pour rester dans le fil de la conversation : intéressant vos avis sur Planètes et Vinland Saga. Par contre dans « violence tendant à l’horreur la plus absolue », ça inclue viol en série ?
    C’est bien le détail qui me ferait ne pas ouvrir un manga.

    J'aime

  6. gemini dit :

    Cela inclue évidemment des viols – ce sont des vikings, quand même – mais je n’ai pas souvenir que ce soit vraiment montré, juste suggéré/évoqué.

    J'aime

  7. BuzzerMan dit :

    Ah ok, ça devrait passer alors. Merci pour la précision !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s