Rétrospective de l’année 2005

Ce système fonctionne un peu comme une machine à voyager dans le temps : plus nous avançons, plus nous reculons. Retour vers les oldies, même si nous en sommes encore loin.

Akagi (26 épisodes – 2005)
Histoire : Tokyo. 1958.
Nangou joue au mahjong contre des yakuza dans l’espoir d’annuler ses dettes. Il perd.
Alors qu’il invoque le diable pour recevoir son aide, la porte de la salle s’ouvre, et un collégien – poursuivi par la police – fait son entrée. Lui qui n’a jamais joué au mahjong, il propose à Nangou de prendre sa place.
La légende d’Akagi peut commencer.
Critique : Pour parler d’Akagi, il faut parler de Kaiji. Même studio d’animation, même équipe, même auteur, et dans le fond, même principe ; à la différence près que tous les affrontements ont lieu cette fois autour du même thème, c’est-à-dire le mahjong. Un jeu un peu plus difficile à appréhender que ceux finalement simples (dans leur principe) de Kaiji.
Malgré son sujet méconnu chez nous (un peu comme le Go ou le Shogi), Akagi est un anime qui arrive à passionner, l’auteur arrivant à chaque fois à créer de nouvelles situations relançant l’intérêt. Cela reste tout de même un cran moins palpitant que Kaiji, d’autant plus que le très long duel final finit par devenir lassant, ce qui est vraiment dommage. Une série atypique à l’image de son héros, surprenante, et malgré ses quelques défauts prenante.

L’Arme Ultime – Another Love Song (2 OAV – 2005)
Histoire : Le lieutenant Mizuki est le prototype de l’Arme Ultime ; mais imparfaite, elle ne peut rivaliser avec Chise sur le plan des performances. Cette impuissance l’énerve d’autant plus que la jeune fille n’a que peu conscience de l’importance de sa mission, et surtout aucune envie de combattre.
Malgré leurs différences, un lien étrange rattache les deux Armes Ultimes.
Critique : Ce qui est bien avec Another Love Song, c’est que l’histoire reprend les points que j’ai le plus apprécié dans Saikano ; en gros, on dit « au revoir » à la niaise histoire d’amour entre Chise et Shuji, et on dit « bonjour » à tout le côté militaire, à la guerre, et finalement à l’envers du décor. Chise est remplacée par Mizuki en tant que personnage principal, tout en restant omniprésente ; mais cette fois, nous nous focalisons sur sa vie en tant qu’Arme Ultime, c’est-à-dire sur ses réactions pendant le combat ou sur les gens qui la contrôlent.
Visuellement, je trouve cet anime réussi ; ce sont de jolis OAV, sachant que la version télé était déjà bonne de ce point de vue.
Est-ce que cette courte série a un intérêt pour ceux n’ayant pas vu l’anime, ou à la rigueur lu le manga ? Je crois que oui, mais dans le même temps, je suis mal placé pour juger.

Banner of the Stars III (2 OAV – 2005)
Histoire : Le système planétaire de Hyde a été repris par l’Empire ; en tant que gouverneur officiel de cette province, Jinto va devoir y retourner. Mais sur place, sa planète d’origine souhaite obtenir l’indépendance, et lui se voit considérer comme un indésirable.
Critique : L’anime de trop dans la saga des Banner of the Stars. Il fallait bien la terminer d’une manière ou d’une autre, mais je trouve le scénario de ce dernier opus inconsistant, et que l’histoire finit trop en eau de boudin pour Jinto.
A voir pour finir la série, sans rien en attendre.

Basilisk (24 épisodes – 2005)
Histoire : Oboro et Gennosuke sont les héritiers respectifs des clans Iga et Koga, deux familles ninjas jadis en conflit mais aujourd’hui alliées par un traité de paix ; loin des rancunes qui existent entre leurs camps respectifs, ils s’aiment et souhaient se marier.
Mais le shogun Iyeasu Tokugawa met fin au traité de paix, et organise une bataille entre les deux clans ; le vainqueur sera celui qui, le premier, tuera les dix meilleurs ninjas adverses.
Critique : Ayant vu le film, je m’attendais à mieux.
Les personnages sont intéressants et l’action bien menée, mais je n’ai pas vraiment apprécié le chara design, et surtout quelques passages de fort mauvais goût, genre scènes de viols et de torture ; cela crée une ambiance un peu glauque, et cela ne me plaît pas.
Non, vraiment, le film est meilleur.

Blood + (50 épisodes – 2005)
Histoire : En apparence, Saya n’était qu’une lycéenne banale avant que des monstres s’en prennent à elle. Quand elle découvre que son sang est la seule arme capable de les éliminer, son passé commence à la rattraper.
Critique : Je n’irais pas par quatre chemin : Blood + est réussi ; de toute façon, avec toutes les séries peu convaincantes que j’ai vu récemment, je ne peux pas vraiment me permettre de faire la fine bouche… Mais bon, c’était vraiment bien. Déjà, c’est tellement rare de voir une série continue (par opposion à des séries où chaque épisode est indépendant) aussi longue, et qui ne soit pas une adaptation. En plus, c’est du Production IG, et c’est beau ; une animation fluide (quelques très rares reprises de séquences), et surtout une large gamme de décors magnifiques sont au rendez-vous.
Le scénario arrive à se développer parfaitement sur 50 épisodes sans temps mort, mais je regrette tout de même que certains points d’ombre demeurent. Blood + est à la fois une grande aventure autour du monde, de temps en temps une satyre anti-américaine (ce n’est pas pour me déplaire), mais aussi une oeuvre très dure et sombre, comme j’en avais rarement vu ; mieux vaut ne pas trop s’attacher aux personnages, car cela peut faire très mal. En résulte parfois une ambiance qui peut être difficilement supportable (non pas à cause de la violence elle-même mais des émotions qu’elle peut génèrer), surtout concernant les rapports entre Kai et Saya ; c’est le seul point faible de Blood +.
J’ai donc apprécié Blood+, une série qui n’est pas nécessairement exempte de défauts, mais suffisament bien pensée pour être prenante pendant 50 épisodes.

Final Fantasy VII – Advent Children (1 film – 2005)
Histoire : Plusieurs années se sont écoulées depuis la chute de Sephiroth ; ceux qui avaient participé à sa défaite vivent dèsormais chacun de leur côté. Cloud mène une existence solitaire, et semble être atteint d’un mystérieux virus, comme de nombreuses autres personnes de par le monde. Sa vie presque paisible bascule le jour où d’étranges individus, les Advent Children, ressemblant à Sephiroth, l’attaquent.
Critique : N’ayant pas joué au jeu, je crois ne pas avoir tout saisi à ce film ; il faut dire que le trop court résumé du début n’aide pas à la compréhension.
Ce film est très esthétique, mais aussi très « matrixien », et d’une grande qualité technique sur tous les points. Les scènes de combat sont légion, mais pas toujours très claires, et on voit qu’elles ont été privilégiées par rapport au scénario, presque absent (et pourtant, comme dit plus haut, on n’y comprend pas grand chose si on ne connaît pas le jeu).
FF VII AC s’adresse clairement avant tout aux fans, mais j’ai tout de même passé un bon moment. La scène de combat avec Tifa est excellente.

Full Metal Alchemist – Les Conquérants de Shambala (1 film – 2005)
Histoire : Allemagne, 1923. Edward Elric continue ses recherches sur les fusées. En sauvant une romanichelle, il découvre une organisation secrète dont le but serait d’ouvrir une porte vers Shambala, un nouveau monde. Ed comprend bien vite que ce fameux Shambala n’est autre que le monde qu’il a quitté quelques années auparavant.
Critique : Malgré le peu d’intérêt que j’ai pu porter à l’anime, j’avais quand même envie de voir ce film qui fait suite à une fin qui a été pour moi le meilleur moment de la série. J’appréhendais tout le passage dans l’Allemagne des années 20, et je ne suis pas vraiment déçu de ce point de vue ; je n’en dirais pas autant de tout ce qui se passe dans l’autre monde. Le scénario montre quelques idées excellentes, mais je l’ai trouvé un peu fait de briques et de broques ; certains passages sont trop rapides, d’autres n’ont aucune logique. Ce film est tout de même agréable à regarder, mais pas indispensable.
Point positif : j’ai adoré le nouveau rôle proposé à King Bradley ; par contre, voir un des personnages cultes de la série arboré une svastika risque d’en choquer certains.

Full Metal Panic! The Second Raid (13 épisodes – 2005)
Histoire : Tout en continuant à protéger Chidori, Sousuke va devoir combattre une organisation décidée à s’en prendre directement à Mithrill.
Critique : Niveau qualité technique, je crois qu’il s’agit de ce qui se fait de mieux en matière d’anime TV.
Pour le reste, cette série pallie quelques erreurs de la première saison, en offrant un scénario plus élaboré, mais quelques bémols subsistent, et le « méchant », quoiqu’excellent, manque de crédibilité.
un bon ensemble, meilleur que la première saison, mais je ne suis pas entièrement convaincu pour autant.
Et en FMP, même si ce n’est pas comparable car les styles sont différents, je préfère Fumoffu.

Kamichu (16 épisodes – 2005)
Histoire : Un matin, en se réveillant, Yurie se rencontre qu’elle est devenue une divinité, et qu’elle peut désormais voir les esprits. Comment va-t-elle pouvoir concilier son nouveau statut et sa vie de collégienne ?
Critique : L’énorme surprise de la fin 2008 pour moi ! Une série dont la simplicité se transforme en force.
Pourtant, il faut bien avouer le synopsis est un peu nébuleux… Une fille qui se réveille, et qui pense être devenu une déesse, pourquoi pas. En l’occurrence, pas besoin de l’envoyer à l’asile, elle est vraiment devenue une Déesse ; de quoi, elle ne sait pas, mais ça importe peu.
Quoi qu’il en soit, Yurie va désormais devoir concilier sa vie de divinité et sa vie de collégienne, gérant chaque situation avec naïveté et bonne humeur.
Kamichu, c’est juste du bonheur en barre, une série incroyablement zen, bonne enfant, adorable, touchante, et un plaisir constant sur 16 épisodes. Je n’avais pas vu un anime aussi reposant, et donnant autant envie de sourire bêtement depuis l’excellent Windy Tales, du studio Prodution IG ; que je vous recommande, au passage.
Bon, il y a quelques passages hors-sujet (une martienne WTF ?), mais à part, c’est du tout bon. Un anime qui se savoure, tout simplement.

Maho Sensei Negima (26 épisodes – 2005)
Histoire : Negi Springfield, 10 ans, est un petit génie et le nouveau professeur principale de la classe 2-A du collège Mahora. Le voici donc en charge de trente et une élèves. Mais surtout, Negi est un jeune magicien, ce que ne va pas tarder à découvrir Asuna, une des filles de la classe.
Critique : Comme le manga, mais avec le son, la couleur, et le mouvement en plus.
L’adaptation, qui diffère chronologiquement, apporte quelques bonnes choses mais est parfois maladroite.
Ceux qui aime le manga devraient apprécier l’anime, et inversement.
A noter que cet anime possède la fin la plus intéressante (mais incohérente si on ne connait pas le manga) que j’ai jamais vu.

Mai Otome (26 épisodes – 2005)
Histoire : Arika arrive dans la ville de Wind Bloom, afin de découvrir l’identité de sa mère. Tout ce qu’elle sait d’elle, c’est que c’était une guerrière otome, dont elle a d’ailleurs hérité de la GEM. Arika décide donc d’intégrer l’académie Garderobe, afin de devenir elle-même otome.
Critique : D’excellentes choses dans cet anime, mais aussi, malheureusement, de nombreux défauts.
Je pense que le scénario peut se diviser en deux parties : une « sérieuse » et une « peu sérieuse » ; cette dernière sert à amener l’autre, mais est hélas trop longue et trop développée par rapport à elle, qui est pourtant bien meilleure, ou du moins a beaucoup plus de potentiel. Et que de problèmes au niveau du scénario !!
Je pense que Mai Otome est un anime qui a été mal exploité par ses auteurs, même s’il n’en reste pas moins un bon anime, très agréable à visionner.

Pale Cocoon (1 OAV – 2005)
Histoire : Le Futur. Les humains ont tout oublié de leur histoire, et des raisons qui les ont poussé à s’enfoncer sous terre.
Ura et Riku travaillent au département des archives ; leur travail consiste à analyser des fragments de données, afin de recréer le passé.
Critique : Un thème intéressant, un scénario étrange et réussi, une belle musique, et une bonne qualité technique… je suis généralement assez friant de ce genre d’ovni, mais là, j’avoue m’être un peu ennuyé, malgré la très courte durée de cet anime.
Cela reste une petite curiosité.

Une année mi-figue mi-raisin pour ce que j’en aurais vu. Bon, rien que parce qu’il y a Kamichu dans le lot, c’est forcément une année exceptionnelle. Pour le reste, je suis moins enthousiaste. Je sauverai Akagi, Blood+, The Second Raid, et les OAV de l’Arme Ultime ; nous n’allons pas aller loin avec ça.

Publicités
Cet article, publié dans La Zone, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Rétrospective de l’année 2005

  1. kyouray dit :

    Roh en 2005, il y a surtout Honey and Clover.
    Puis Mushishi et Noein.
    et…To Heart 2 mais ça ne concerne que moi là :p

    J'aime

  2. Maxobiwan dit :

    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’on parle de ma jeunesse

    J'aime

  3. gemini dit :

    Kyouray >> Les animes que tu cites, j’ai prévu de les regarder 🙂

    J'aime

  4. 2005 c’est aussi l’année d’Eureka Seven !

    J'aime

  5. Vins dit :

    Mouais, moi pour Basilisk c’est plutôt le contraire. J’avais vu la série avant le film live et j’avais bien aimé ,sans plus, mais quand j’ai vu ce dernier, j’ai été assez déçu, notamment car je trouvais que les persos faisaient limite « cosplay » et les effets spéciaux assez peu crédibles … :s

    J'aime

  6. Cox dit :

    Noein est juste l’anime le plus beau que j’ai pu voir de ma vie. Vivement conseillé

    J'aime

  7. Kita59 dit :

    j’avais adoré Pale Cocoon, la musique est vraiment exceptionnelle. Pour Fullmetal Alchemist j’attendais beaucoup de ce film et au final une grosse déception, même ci la réalisation est superbe, je trouve l’histoire un peu bizarre alors que j’adore la série.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s