Dans le petit univers de Damned et de la Flander’s Company

Tout commence à la Chibi Japan Expo, alors que FFenril, Tetho et moi-même faisions la queue pour assister à une activité éminemment culturelle. En gros, nous allions demander à un Japonais de nous dessiner un robot maid de combat. Comme à notre habitude, nous sommes arrivés bien en avance – je vous passe les détails – et après avoir bien discuté, nous commençons à trouver le temps long. C’est alors que nous voyons une conférence débuter dans la salle d’à côté : des gens que je ne connais pas viennent parler d’une série nommée Flander’s Company. Je les écoute, ça a l’air amusant, et quand je reviens chez moi, je me lance dans cette mystérieuse série. Puis j’enchaîne avec les autres films amateurs des créateurs de la Flander’s Company : les Guardians.

L’histoire commence avec Damned, une série (amateur) créée en 1998 ; l’équipe réalise en moyenne un épisode d’une trentaine de minute par an.
Comme l’histoire a pas mal évolué depuis le premier épisode, donc il serait difficile d’en donner un résumé sans trahir quelques points clés du scénario. Pour faire simple, le spectateur est invité à suivre Sinji, un Night Blade – un démon enfermé dans le corps d’un humain, ce qui lui confère une puissance fabuleuse – quelque peu laxiste et opportuniste mais disposant d’une force redoutable. Il évolue dans un univers de magie et de démons dont les humains normaux n’ont pas connaissance, et il a une certaine tendance à mettre lesdits démons sur orbite quand il en croise un. Ce qui donne naissance à de gros combats mêlant arts martiaux et ésotérisme.
Damned est une série très agréable à suivre : d’une part car il y a un véritable scénario, mais surtout parce qu’il y a énormément d’humour et que les combats sont réussis. Bon, au tout début, ce n’était pas gagné, mais au fil du temps, les acteurs et le réalisateur/responsable des FX ont gagné une véritable expérience, avec un résultat qui devient fichtrement impressionnant. A noter qu’à partir de l’épisode 5, la série prend le nom de Damned Next.
Les épisodes sont disponibles sur Dailymotion, avis aux amateurs.

Pour la chaîne No-Life (qui compte dans ses rangs de nombreux anciens du film amateur), les Guardians se lancent en 2007 dans une série d’épisodes courts : la Flander’s Company.
La Flander’s Company est une entreprise spécialisée dans le recrutement, la formation, et la vente de super-vilains. Ils servent le mal, mais ils le servent bien !
Dedans, le spectateur va suivre plus particulièrement le service des candidatures spontanées, ou Hyppolite Kurtzmann reçoit les aspirants super-vilains qui souhaitent intégrer la société. Seulement, ils sont plus super-nazes que super-vilains, et notre sympathique DRH, lui, n’est pas connu pour être super-patient, d’où des situations souvent super-explosives.
La Flander’s Company est une série avant tout basée sur ses personnages. Outre Hyppolite Kurztmann, nous pouvons aussi découvrir Monsieur Trueman, le charmant PDG versé dans l’occulte et dans le champagne, sa nièce, la délicieuse Cindy toujours accompagnée de sa hache, le docteur Parker, le psychologue d’entreprise, Caleb, un scientifique aussi génial que maladroit donc potentiellement dangereux, et bien entendu toute une brochette de héros, de vilains, et de candidats.
La première saison est disponible en DVD, et je vous la recommande chaudement. Je suis un grand fan. Et si vous voulez un petit aperçu, c’est là que ça se passe.

Mais pour parler plus en détail des Guardians et de leur création, j’ai demandé son concours à Ruddy Pomarede, le leader de l’équipe, et je suis bien content qu’il ait accepté, je l’en remercie. Découvrez-le dans la petite interview ci-dessous, réalisée sous Skype (et ça n’a pas été super-facile).

[dewplayer:http://gemini.neetwork.net/Damned.mp3%5D

Publicités
Cet article a été publié dans Culture G. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Dans le petit univers de Damned et de la Flander’s Company

  1. Célian dit :

    Ahhh, une jolie interview dit donc ! M’enfin, je dirais juste la petite erreur sur le pseudo de Ruddy qui n’est pas Shinji mais Sinji ^^

    J'aime

  2. BuzzerMan dit :

    Ton interview est très sympathique ! Si ça a été difficile à mettre en place, ça ne se sent pas, le résultat est assez agréable à écouter et j’ai appris plein de choses. Notamment le fait qu’aucun argent ne circule entre eux et NoLife. En même temps, La fameuse chaîne a pas l’air de rouler sur l’or…
    Je connaissais un peu Flander’s Company grâce à NoLife, j’aime beaucoup leur humour et les nombreuses références. Tiens, j’ai surtout en tête le Seiya qui veut se reconvertir, vraiment drôle !
    J’étais pas au courant pour les sorties en DVD. Ça peut être l’occasion de les soutenir un peu !

    J'aime

  3. Maximo dit :

    Damned, c’est du bon!
    J’avais découvert ça lors de la nuit du film amateur, sur Game One (condoléances).
    Pour la Flander’s Company, pas suivi beaucoup d’épisodes mais j’ai bien aimé aussi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s