Oban Star Racers

Tous les 10.000 ans, la trève de la grande course d’Oban.
Tous les 10.000 ans, des pilotes venus de toutes les planètes de la galaxie s’affrontent pour obtenir le Prix Ultime, objet de toutes les convoitises.

Eva Wei vit dans un pensionnat depuis la mort de sa mère ; cela fait de nombreuses années qu’elle n’a pas vu ni même parlé à son père, Don Wei, un célèbre manager de courses de Star Racers.
Pour son anniversaire, elle décide de s’enfuir et d’aller le rejoindre. Mais les événements se précipitent : le gouvernement de la Terre demande à Don Wei de devenir le directeur de l’équipe terrienne pour la course d’Oban, tandis qu’Eva – rebaptisée Molly – se fait embarquer avec.
L’accident du pilote de l’équipe va forcer Molly à prendre sa place, avec pour mission de remporter toutes ses courses contre des adversaires redoutables.

Titre Original : Oban Star Racers
Genres : Science-Fiction, Fantastique
Année de Production : 2005
Durée : 26 x 21 mn

Concept Original : Savin Yeatman-Eiffel
Réalisateurs : Savin Yeatman-Eiffel & Thomas Romain
Studio : Sav! The World Production
Character Design : Loïc Penon
Directeur artistique : Stanislas Brunet
Musiques : Taku Iwasaki & Yoko Kanno
Distribution / Licence France : Wild Side

Opening : « A Chance to Shine  » par Akino
Ending : « Waratteta  » par Sukoshi

Au début – quand j’ai vu les premières images d’Oban – je me suis dit que c’était encore une de ces séries françaises créées non pas par des passionnés, mais par des producteurs peu scrupuleux qui, bien conscients du succès croissant des mangas et de l’animation japonaise chez nous, se sont dits qu’ils auraient tout intérêt à copier leur style supposé.
Plus tard, j’ai appris qu’Oban Star Racers était en fait un véritable projet de fans, et ça se sent.

Si le principe de la série peut s’avérer très simple à la base, il apparaît au fur et à mesure des épisodes profonds et intéressants ; les phases de courses sont ainsi prenantes, tandis que l’on retrouve en dehors une véritable histoire de fond, travaillée et originale. Ce que j’ai le plus apprécié dans cette série, c’est bien la diversité des environnements (dans le second cycle) et des personnages, ainsi que la réalisation des courses.
Oban Star-Racers est une nouvelle fois une collaboration franco-japonaise réussie ; gageons qu’elle ne sera pas la dernière, et qu’elle connaîtra plus de succès au Pays du Soleil Levant que nombre de ses prédecesseurs.

Dessins / Animation :
Je pense ne surprendre personne en disant que le chara-design m’a un peu dérouté la première fois que j’ai vu un épisode d’Oban ; mais ça a son charme. Si les phases hors-courses ne sont pas irréprochables, celles de courses sont particulièrement belles et fluides ; les décors sont magnifiques et d’une rare diversité.

Histoire / Scénario :
Certes le concept n’est pas des plus originaux, mais il y a un véritable scénario par derrière, qui se paye même le luxe de sortir des schémas caricaturaux, en particulier sur la fin. Oban Star Racers mélange les genres – il y a une base fantastique derrière l’apparente SF – et propose des mondes, des personnages, et des mechas intéressants et originaux. Néanmoins, il y a tout de même quelques bémols dans le scénario.

Musique :
Taku Iwasaki signe ici une bonne OST, qui colle bien à l’ambiance de la série ; si elle n’est pas exceptionnelle dans son ensemble, certains thèmes – comme celui d’Aikka – sortent du lot, et de fort belle manière. Par contre, je n’ai toujours pas compris l’intérêt d’avoir appelé Yoko Kanno pour le générique, surtout pour un résultat aussi… médiocre (pour être gentil).

Fun / Intérêt :
Oban est une série réussie grâce à ses courses grisantes, son originalité, sa réalisation technique, et ses protagonistes hauts en couleur. Voilà enfin la preuve que l’animation française peut générer des oeuvres de qualité, possèdant une véritable profondeur et de l’intérêt. Même si elle n’est pas exempte de défauts, j’ai dévoré cette série.

A noter qu’une partie de l’équipe de Oban Star Racers travaille actuellement sur la série Basquash, aux côtés de Shin Itagaki et de Shoji Kawamori. Une sortie DVD en France serait la bienvenue.

Publicités
Cet article, publié dans La Zone, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Oban Star Racers

  1. Corti dit :

    Ca t’arrive de laisser reposer ton clavier parfois ? 😀

    J'aime

  2. Trit' dit :

    Ça fait plaisir d’entendre parler de cette série qui, pourtant très bonne et saluée quasi-unanimement par la critique, semble être tombée dans l’oubli depuis que sa diffusion a cessé vers Noël 2006… Un projet qui a mis plus de 6 ans à être réalisé, tout de même !

    Au sujet des génériques : Savin Yeatman-Eiffel (arrière-arrière-petit-fils de Gustave, pour l’anecdote) avait expressément bataillé pour avoir Yoko Kanno, et il a fallu que le producteur de cette dernière cède pour que ce souhait se réalise. Ensuite, il se trouve que les morceaux utilisés sont des morceaux conçus spécialement pour OSR par la dame, qui les avait d’abord fait passer pour des « brouillons » avant de révéler la vérité.

    Franchement, achetez la série (intégrale DVD en vente sur l’Ōban Fanshop : http://www.obanfanshop.com/index.php?language=fr ), elle vaut le coup ! En plus, la VO (française, pour une fois) est assurée par des personnes à la fois du métier (Jérôme Keen/Don Wei, Thomas Guitard/Jordan, Rémi Caillebot/Aikka, Alexandre Coadour/Rick), mais aussi par des débutants à l’époque qui font du très bon travail malgré tout (Gabrielle Jéru/Éva-Molly, Sarah Bouché de Vitray/Maya Wei) ! C’est dire si c’est du très bon !

    (C’était ma minute « fanboy », mais étant donné que je suis inscrit sur le forum officiel de la série et que j’en ai suivi l’actualité depuis ces 3 dernières années, il fallait bien que j’en parle, non ?)

    J'aime

  3. Trit' dit :

    Pardon pour le double-envoi…

    Corti : non, là, il importe des articles publiés sur un de ses anciens sites (regarde le tag « La Zone »). C’est que du copier-coller…

    J'aime

  4. gemini dit :

    Vi, du copier-coller, mais c’est important de parler de titres comme Oban.

    J'aime

  5. Trit' dit :

    Je salue l’initiative, d’autant que les quelques membres restant encore actifs sur le forum de la série ont justement lancé un (nouvel) appel à en faire la promo un peu partout !

    J'aime

  6. J’ai fini la série ce soir, je suis un homme heureux et comblé.C’était très bien et je veux un long-métrage qui sert de prequel ou de suite à la série (ce qui est envisageable selon l’auteur).

    En tout cas, cette série sera pas si oublié que ça, vu la bonne audience que cela à eux un partout. France3 n’a pas regretté une seconde d’avoir diffusé cette série, au contraire.

    Le suis content que les enfants d’aujourd’hui aient put regarder un dessin-animé de cette qualité en se levant le mercredi matin en mangeant leur choco BN.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s