Amer Béton

Noir et Blanc, deux orphelins vivant seuls dans Treasure Town, se disent les rois du quartier. Noir, l’aîné, est un bagarreur dont le seul but est de protéger Blanc, garçon joyeux et naïf à l’imagination fertile.
Leur quotidien presque normal est chamboulé le jour où une bande de yakuza décide de prendre le contrôle de Treasure Town.

Titre Français : Amer Béton
Titre Original : Tekkon kinkreet
Titre Japonais : 鉄コン筋クリート
Genre : Drame
Année de Production : 2006
Durée : 111 mn

Auteur : Taiyo Matsumoto
Réalisateur : Michael Arias
Studio : Studio 4°C
Musiques : Plaid
Générique de Fin : Asian Kung-Fu Generation
Distribution / Licence France : Rezo Films

Je suis allé voir ce film au cinéma sans rien savoir dessus, ce qui est assez rare pour moi ; je connaissais le nom du réalisateur, dont j’avais pu apprécier le travail sur Animatrix, mais le scénario et le nom du studio m’étaient inconnus. J’attendais d’être surpris. Et surpris, je l’ai été.

Premier choc : les graphismes. Le chara design est laid (à moins que l’on puisse le trouver juste non idéalisé), et surtout l’animation des personnages semble bâclée. Néanmoins, les décors et les effets 3D sont beaucoup trop travaillés pour que cela ne finisse pas par nous paraître voulu. En effet, malgré le côté très étrange qui entoure les personnages, cela ne permet pas de nous cacher une chose fondamentale : ce film est beau ; les effets sont magnifiques, les arrières-plans détaillés, les trouvailles de la réalisation intelligentes, et les tentatives d’animation expérimentales audacieuses.
Au-delà des critères techniques, Treasure Town apparaît comme un univers fantasmagorique aux influences diverses, bizarre mais non dénué de charme.

Le film lui-même nous propose de suivre la folle vie de Noir et Blanc, meilleurs amis du monde malgré leurs différences voyantes ; le premier est violent, dangereux, complètement blasé malgré son jeune âge ; le second est décrit comme pur et gentil, mais il finit par apparaître plus comme un attardé mental.
Leur monde est à la fois dangereux et fascinant, à l’image de leur quartier et de la faune qui le compose ; l’histoire a un petit côté absurde, voire surréaliste, teintée d’émotion et d’une dose de philosophie.

J’ai trouvé ce film étrangement prenant, avec sa douce folie, et sa violence magnifique. Car oui, Amer Béton n’est pas un film à mettre en toutes les mains ; beau et captivant, il apparaît aussi comme un anime brutal, dérangé et dérangeant, voire même macabre, mais qui arrive aussi à être poétique. C’est une œuvre magnifique et forte, qui n’a pas été sans me rappeler quelques animes expérimentaux – de ceux laissant place à la folie de leurs concepteurs – que j’ai pu voir auparavant.

Amer Béton est un film que je qualifierai d’exceptionnel, mais d’une rare dureté.

Publicités
Cet article, publié dans La Zone, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Amer Béton

  1. Jack dit :

    Ce film je n’en ai entendu que du bien jusqu’à présent, et tu confirmes la chose. Cependant, même si le Background que tu décris à l’air très intéressant et tentant, le gros problème pour moi se situe au niveau du chara design, qui me rebute vachement quand même.

    Peut-être qu’un jour je cesserai d’écouter mes rétines qui me supplient de ne pas le voir, et à l’inverse j’ouvrirai mon esprit pour qu’il se laisse transporter dans l’univers, mais bon reste à savoir quand :p.

    J'aime

  2. Rukawa dit :

    la fin de l’anime est fumeuse, celle du manga est plus simple.

    J'aime

  3. Enthousiaste dit :

    > Le chara design est laid (à moins que l’on puisse le trouver juste non idéalisé)
    On peut le trouver stylisé, aussi. Enfin, les chara design très atypiques en manga donnent toujours un truc assez moyen en anime, ce qui semble être en partie le cas ici.

    J'aime

  4. Deuz dit :

    Le manga est vraiment cool (quand est-ce que je motiverais pour faire un article dessus ? haaa) et le film en retranscrit plutôt bien l’ambiance générale. Rukawa : ça fait un petit moment que j’ai vu le film mais dans mon souvenir on a quelque chose de très très proche du manga tout au long du métrage, y compris la fin (noir en plein conflit intérieur, blanc qui hurle comme un mulet, la plage, le pommier… tout quoi), donc « what » ?

    J'aime

  5. Kyofu dit :

    J’ai pas tellement aimé le film, mais je lui reconnais effectivement le travail graphique incroyable.
    ( Mais pu*ain, quesque ce Chara Design me fais MAL )

    j’ai effectivement et surtout pas aimé le caractère de Blanc. Ya de quoi faire un gentil stupide sans pour autant en faire un attardé mental…
    Même si le sujet se prête peut être bien içi, pour rendre le personnage un peu mystique avec ses visions, ça m’énerve quand même :p

    J'aime

  6. Kirox dit :

    Pas un mot sur l’ost de Plaid qui est vraiment excellente ?
    Bon en fait j’avoue, je n’ai pas (encore) vu ce film, j’ai juste écouté l’album indépendamment (parce que je suis très fan du groupe) et je ne peux pas dire si elle est bien utilisée ou non dans le contexte ^^’

    J'aime

  7. gemini dit :

    Kirox >> Bonne question, en fait. Je n’ai pas souvenir que la musique m’ait marqué plus que ça ^^’

    J'aime

  8. le gritche dit :

    Le duo principal de gamins ne m’avait pas franchement plu de même que l’histoire en général, un peu longuette, mais c’est très beau. Enfin, ceux qui regardent Basquash risquent d’être moins impressionnés mais bon…

    J'aime

  9. Raton-Laveur dit :

    J’ai rien compris à ce film.

    J'aime

  10. denree dit :

    Merci raton tu me rassures un peu, moi non plus.

    J'aime

  11. Kyofu dit :

    ranton > Moi non plus, si ce n’est qu’on a un beau schizo, des aliens, un deumeuré et une sourie

    ( autre chose que j’ai pas aimé tant que j’y pense, les noms ou pseudonymes donnés au personnages ** )

    J'aime

  12. Rukawa dit :

    @Deuz; juste avant ce que tu décris, je parle de la divagation finale sous LSD vu que tu préfères cela à la beuh.

    @Raton : ce film, c’est l’opposition du ying & du yang.
    Violence/Naïveté
    Modernité/Tradition
    Noiro/Blanco
    Flic/Yazuka
    fallait lire ma review !

    J'aime

  13. Sca dit :

    J’ai beaucoup aimé ce film, même si parfois (surtout vers la fin) ça peut s’avérer un peu flou.
    je comprend qu’on puisse détester le char-design mais de là à dire « laid »… les personnages sont très expressifs et ont beaucoup plus de présence « physique », de réalité que dans plein de productions au chara design léché et nickel qu’on trouve au japon.
    Quant au demeuré, chuis d’accord surtout pour le coup des passages en mode « je fais des dessins dans ma tête ». DOmmage.

    Sinon pour te rassurer Kirox, j’ai adoré l’OST moi aussi, sans connaitre le groupe à la base, je trouve que la musique fait beaucoup 🙂 même si elle n’est pas « marquante » au sens ou elle ne prend pas le pas sur l’action du film.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s