Ponyo et Punyu sont sur une Falaise…

Histoire de ne pas faire comme tout le monde, je suis allé voir Ponyo sur la Falaise au cinéma. Par contre, j’ai soigneusement attendu la fin des vacances dans ma zone, et évité les jours où les enfants n’ont pas école. Hors de question d’avoir des monstres braillards autour de moi pour me gâcher mon film.

Un jour, Sosuke trouve un poisson à tête humaine qu’il nomme Ponyo. Tombant amoureuse du jeune garçon, elle souhaite devenir une véritable petite fille.
Ca, c’est pour le synopsis. Mais on s’en fiche. Enfin « on s’en fiche », disons plutôt que le choix de voir ce film ne se fait sur son scénario, mais sur son réalisateur: Hayao Miyazaki. Ayant constaté que son fiston n’avait pas une once de talent après avoir regardé Les Contes de Terremer, papa Miyazaki a dû vouloir faire un dernier dernier dernier film (en attendant le dernier dernier dernier dernier), histoire de réhabiliter le nom de son studio.
D’où Ponyo sur la Falaise, un film qui s’inscrit visiblement dans la lignée de ses réalisations destinées à un jeune public (d’où les précautions préalables énumérées ci-dessus), à l’instar de Mon Voisin Totoro et de Kiki la Petite Sorcière.

Avant d’aller voir ce film, j’avais lu de nombreuses critiques à son sujet, divisant les spectateurs adultes et non accompagnés d’enfants en 3 catégories :
¤ Ceux qui n’ont pas aimé.
¤ Ceux qui ont aimé et qui reprochent aux premiers d’avoir perdu leur âme d’enfant
¤ Ceux qui se masturbent devant la technique d’animation en 2D, à la main, sans ordinateur et sans moe.
Je ne caricature que légèrement. Mais j’aurais beaucoup à dire sur ces imbéciles qui considèrent que le spectateur n’aimant pas ce film est nécessairement un vieil aigri qui ne sait plus s’amuser… Il y a un truc qui s’appelle « goût personnel », mais c’est un concept. Je sais de quoi je parle : j’ai détesté Le Voyage de Chihiro.

Mais revenons au vif du sujet.
Je n’ai pas particulièrement apprécié le scénario, mais j’ai trouvé ce film absolument magique. Finalement, dans Ponyo sur la Falaise, je considère que l’histoire n’est jamais qu’un support pour les belles émotions – j’y suis allé de ma petite larme sur la fin – et les scènes magnifiques. Tout le passage où Ponyo court sur les vagues est juste sublime, je ne vois pas d’autres mots pour le décrire (sinon des synonymes), et ce film est visuellement très abouti.
Plus j’y pense, et plus le seul mot qui me vient est « magique ». Ponyo sur la Falaise possède ce petit quelque chose qui a su me transporter, et m’apporter un plaisir fou. Bon, il y a des détails que je réprouve – en particulier la désinvolture des habitants après la tempête –, mais largement compensés par nombre de scènes superbes, comme celles avec la Princesse des Mers ; et j’ai adoré le personnage du sorcier, que je trouve totalement décalé.

Ponyo sur la Falaise ne tient pas la comparaison face à mes œuvres favorites du Maître – Nausicaä de la Vallée du Vent, Le Château de Cagliostro, ou encore Porco Rosso –, mais uniquement car ce réalisateur est capable de prouesses. Ce film n’en demeure pas moins un enchantement, une fable magnifique dont Hayao Miyazaki a le secret.

Cet article, publié dans Animes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Ponyo et Punyu sont sur une Falaise…

  1. Jacut dit :

    « ¤ Ceux qui n’ont pas aimé.
    ¤ Ceux qui ont aimé et qui reprochent aux premiers d’avoir perdu leur âme d’enfant
    ¤ Ceux qui se masturbent devant la technique d’animation en 2D, à la main, sans ordinateur et sans moe. »

    Bon résumé 🙂 Perso je trouve Ponyo nettement supérieur à Chihiro et Howl, mais aussi moins bon que tous les films précédents du maître. Un excellent divertissement familial avec une atmosphère envoutante et une héroïne toute mimi en somme. Mais clairement, si on doit comparer entre tous les chefs d’œuvres « destinés aux enfants » de Miyazaki, je préfère Kiki et Totoro.

    J’aime

  2. Lux dit :

    La VO est ton amie pour éviter les enfants ! C’est ce qu’on a fait, et aucun problème dans la salle.

    J’aime

  3. gemini dit :

    La VO pour un film pour enfant… Je n’avais pas très envie de me prendre la tête, à vrai dire.

    J’aime

  4. Kabu dit :

    La VO pour un film pour enfant, c’est de toute façon très difficile à trouver pour tous ceux n’habitant pas Paris

    En région PACA il n’y a qu’une seule salle qui le passe en VO, paumée à Nice.

    J’ai déjà du faire 50 km pour le voir en VF…

    J’aime

  5. Je lance un petit troll.

    J’aimerais bien qu’on m’explique un jour comme les gens font pour détester le Voyage de Chihiro avec leur merveilleux « goût personnel ». Ça doit être très long et chiant à lire. Ou très court et chiant.

    Mais en tout cas, je lirais ça avec attention.

    J’aime

  6. gemini dit :

    Sonocle >> Parce que Le Voyage de Chihiro, c’est glauque ^^

    J’aime

  7. Kabu dit :

    Y’a des transformations corporelles involontaires dans Chihiro. Ca doit être pour ca 😛

    J’aime

  8. Dijo dit :

    Tu critiques les autres mais toi tu fais pas mieux tu occulte tout les aspect négatif du film en laissant parler ton coté fanboy…tona vis ne vaut rien pour quelqu’un qui cherche une critique correcte.

    Mais heureusement tu as une lueur de lucidité en fin d’article, c’est déjà ça.

    J’aime

  9. Lux dit :

    « Parce que Le Voyage de Chihiro, c’est glauque ^^ »

    C’est vrai, pas comme ces bluettes que sont Serial Experiments Lain et Neon Genesis Evangelion.

    J’aime

  10. Faut admettre qu’il y a des moment vraiment cauchemardesque dans Chihiro. Mais j’ai trouvé ça suffisamment poétique, merveilleux, avec une très bonne alternance entre le palpitant et le contemplatif pour que ça passe bien. Visuellement, ça cartonne et l’évolution du Chihiro et ses rapports avec les autres personnages (sutout Aku) sont vraiment touchants.

    Mais entre les parents-cochons, les vomissements de sang, les esprits putrides, les différents kami, le sans-visage grossissant et j’en passe, c’est vrai qu’on peut avoir des cauchemars si on pas sa sensibilité bien placée :p

    J’aime

  11. raton-laveur dit :

    « Je n’ai pas particulièrement apprécié le scénario, mais j’ai trouvé ce film absolument magique. »

    *réalise qu’il est sur le blog de Gemini et qu’il y lit un avis positif*

    *tête qui explose*

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.