Shaka, ou les Secrets du 3ème Oeil

Dans Saint Seiya, Shaka est un personnage auréolé de mystères. Parmi ceux-là, une question demeure : comment cet homme censé être le plus sage sur Terre peut-il avoir suivi les ordres de Saga sans se rendre compte de sa nature démoniaque ? Sans compter que même après sa défaite contre Ikki, il a continué à clamer que celui qui se faisait passer pour le Grand Pope n’était pas fondamentalement mauvais ; et il avait raison, le bougre.
Toutes les explications résident dans le Troisième Oeil, dont il sera question dans cet article à travers le cas du Chevalier d’Or de la Vierge.

Saint Seiya est un manga aux influences multiples. A la différence d’un Neon Genesis Evangelion où les références bibliques finissent pas n’apparaître que comme de la poudre aux yeux quand nous grattons un peu, celles utilisées par Kurumada ont de véritables implications. Elles proviennent notamment de la mythologie grecque, de l’astronomie, de la Divine Comédie de Dante, ou encore du bouddhisme.
Cette fois, c’est le bouddhisme qui nous intéresse.

Shaka est la réincarnation de Bouddha. Et pas d’un Bouddha quelconque, mais bien du Bouddha historique, Siddhārtha Gautama. D’ailleurs, il y a des signes qui ne trompent pas : le nom Shaka vient de Shākyamuni qui signifie “sage du clan des Śākya” ; Śākya étant le clan dans lequel est né Siddhārtha, et dont il était le prince. Les autres signes sont la mort de Shaka, la décoration de sa Maison, son chapelet de 108 perles (le même que les moines bouddhistes), ses attaques ; et de toute façon, il le dit lui-même.

Venons-en maintenant à une des particularités physiques de Shaka : son Troisième Oeil. Vous savez, ce petit point rouge qu’il porte au milieu du front.

Alors, évidemment, cet accessoire pourrait n’être qu’une référence de plus et uniquement physique à Bouddha. Sauf que le Troisième Oeil aurait des pouvoirs incroyables !

Il s’agit d’un concept retrouvé à la fois dans le taoisme, l’hindouisme, et le bouddhisme. Aussi appelé Jnana Chakshu ou Oeil de la Connaissance, c’est un attribut des divinités et des saints ; selon l’auteur controversé T. Lobsang Rampa (j’y reviendrai), il serait aussi concédé aux réincarnations des bouddhas et des lamas possèdant eux-mêmes ce Troisième Oeil.

Ce n’est pas un oeil au sens premier du terme ; représenté par un point entre les sourcils, il ne permet pas de distinguer la réalité physique, mais d’accèder à la connaissance de soi et de visualiser l’aura des gens.
Cette aura peut avoir plusieurs couleurs différentes ; chacune indiquerait un état particulier, et permettrait à une personne rompue à l’interprétation de l’aura de tout savoir sur celui qu’il observe par son Troisième Oeil : personnalité, maladie, émotions,…
Ainsi, une aura dorée corresponderait au plus haut niveau de sagesse (à l’illumination), et une aura entrecoupée de rouge à la colère.

Shaka possède le Troisième Oeil, et serait de ce fait capable de voir les auras. Là se trouve sans doute l’explication de son dévouement envers le Grand Pope : il a dû entrevoir le véritable Saga, que beaucoup considère comme un modèle de force et de sagesse ; et c’est ainsi qu’il lui serait demeuré fidèle, quitte à combattre les Chevaliers de Bronze tout en connaissant leurs sentiments. Seule la pureté des intentions de Ikki et de ses compagnons l’aura fait changé d’avis ; mais il n’en demande pas moins à Ikki de ne surtout pas tuer le Grand Pope, car il le considère toujours comme un “ardent défenseur de la Justice” et précise qu’il “n’est pas l’incarnation du mal” (volume 12), contredisant tout ce que le lecteur pouvait penser de Saga à ce moment du récit.
Shaka étant “l’homme le plus proche de Dieu”, je crois que nous pouvons lui faire confiance. Et en temps que tel, il n’aurait jamais suivi le Grand Pope s’il n’avait pas distingué le véritable âme de Saga.

Alors évidemment, si Shaka est si fort que cela, il aurait dû voir aussi la personnalité démoniaque du Grand Pope…
Enfin ça, il faudra demander l’explication à Kurumada, si explication il y a ^^’

NB : L’ouvrage de référence sur le sujet est le Troisième Oeil de T. Lobsang Rampa, un auteur controversé prétendant être l’incarnation d’un lama tibétain. Ses ouvrages ont marqué mon adolescence, et dans une certaine mesure, je crois ce qu’il raconte.
Rien ne dit que ce qu’il explique dans le Troisième Oeil sur l’aura et la faculté de les discerner soit véridique, mais étant donné qu’il s’agit du livre consacré au Bouddhisme (et au Tibet) le plus vendu dans le monde (alors que ce serait une des plus grosses arnaques littéraires du XXème Siècle), il ne serait pas étonnant que Kurumada lui-même s’en soit inspiré pour créer le personnage de Shaka.
Mais tout cela ne reste qu’une interprétation personnelle.

Publicité
Cet article, publié dans Culture G, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Shaka, ou les Secrets du 3ème Oeil

  1. Tian dit :

    J’aime aussi beaucoup ce livre qui a , luui aussi, bien marqué mon adolesence. J’aime aussi tout ce qui s’y rapporte donc Shaka. Ton article est bien, j’ai aimé le lire. Mais pourquoi qualifie-t-on cette œuvre d » arnaque littéraire du XXème siecle »?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.