Dans le petit monde des TG Manga

Pour commencer, et pour bien montrer dès le début que je suis un grand malade, je vous propose un article sur les TG Manga.

Alors un TG Manga, qu’est-ce ? C’est très simple. Les lettres TG forment le diminutif de “transgender”, mot anglais signifiant littéralement “transgenre”, et qui désigne des hommes devenant des femmes, et inversement des femmes devenant des hommes. Je vous avais prévenu que ce serait grave.

Il existe deux grandes catégories de TG Manga, les mêmes que pour les manga en général : hentai ou non hentai. Ben oui, imaginez le nombre d’applications possibles : par exemple, un homme est amoureux d’une homosexuelle, il devient une fille, et c’est parti ; autant dire que c’est du pain béni pour les plus pervers des mangaka (et leurs lecteurs). Pour des soucis de bienséance, je me limiterai au non hentai, qui offre déjà un large éventail de styles et d’œuvres.

Dans le TG Manga, il existe plusieurs sous-catégories, correspondant au mode de passage d’un sexe à l’autre, lequel peut être crédible ou non, définitif ou non.

¤ Travestissement : C’est la catégorie la plus fréquente. Ici, il n’y a pas de changement de sexe à proprement parler, seule l’apparence est modifiée, par un jeu de vêtements, perruques, maquillage, ou accessoires. Le plus souvent, c’est un aspect limité à un seul personnage dans une série (Futaba Aoi dans You’re Under Arrest), ou qui se borne à un seul passage. Moins fréquemment – mais toujours plus que dans les œuvres occidentales – cela pourra constituer l’élément central de l’histoire, comme dans Princess Princess, Otome wa boku ni Koishiteru, Mint na Bokura, ou encore Family Compo, pour ne citer qu’eux.
Il existe deux grands types de travestissement : celui qui est voulu, désiré par le personnage, qui va aboutir plus à une réflexion sur la sexualité (Ritsu dans Fruits Basket), et celui qui est accidentel ou imposé au personnage, qui sera généralement utilisé par un auteur comme un ressort comique, comme cela peut être le cas dans City Hunter ou encore Gravitation. Néanmoins, il n’y a rien d’absolu, et certains travestis peuvent apparaître comme des personnages uniquement humoristiques (Tsubasa dans Ranma ½) ; à l’inverse, le travestissement forcé peut être traité d’une manière plus profonde (Oscar dans Versailles no Bara).

¤ Opération : Pour rester dans le TG Manga à tendance “crédible”, il s’agit du prolongement logique du travestissement, mais cela reste une catégorie très peu représentée, sans doute car elle implique des conséquences plus lourdes pour le personnage, et qu’il n’y a aucun moyen de revenir en arrière. Contrairement à ce que nous pourrions penser, ce n’est pas toujours le résultat d’un choix personnel, mais cela peut être dû à un accident, comme dans Tulip no Hoshi. Et toujours contrairement à ce qui pourrait nous paraître logique, une opération volontaire peut donner lieu à un personnage comique (Susumu dans Family Compo).

¤ Médical : A priori, nous sommes dans le “crédible”, puisqu’il existe des traitements pour changer de sexe. Oui et non. En fait, comme le traitement est long, il n’existe excessivement peu d’exemples de TG Manga traitant de ce procédé ; à la limite, nous pouvons penser que Yukari de Family Compo a utilisé un tel traitement, mais rien ne permet de l’affirmer. Plus volontiers, nous aurons tendance à retrouver des potions ou pilules surréalistes, capables de transformer une femme en homme (ou inversement), instantanément, et avec une simple dose. Par extension, le terme médical englobe toute transformation due à la science, à une invention quelconque (Ataru dans Urusei Yatsura), à un poison, ou encore à un virus. Du moment que le TG Manga traite du médical surréaliste, vous pouvez en déduire qu’il s’agit d’une série comique ; ou d’un hentai, bien entendu, mais les deux sont loin d’être incompatibles.

¤ Combinaison : Ce nom désigne une tenue qui, portée par une personne, la transforme en quelqu’un du sexe opposé. Grosso Modo, ce n’est que la version améliorée – au point de perdre toute crédibilité – du travestissement. S’il a perdu sa crédibilité, c’est qu’il ne tient plus aucun compte des formes naturelles, du poids, si bien que nous pouvons parler de transformation plus que de simple déguisement. Ce n’est clairement pas le genre le plus répandu ; en France, seul le manga Pretty Face pourrait passer pour un de ses représentants, à cause de certains accessoires utilisés par le personnage principal.

¤ Echange de corps : L’échange de corps n’est pas nécessairement du TG, mais il s’agit d’une de ses applications les plus fréquentes. Tout simplement, un homme et une femme échangent leur corps, provoquant un “double TG”. La particularité réside dans le fait qu’il n’y a pas de transformation ou de modification du corps : chacun prend la place de l’autre, et va devoir vivre la vie de l’autre ; avec toutes les complications que cela peut entraîner. Si c’est un genre assez répandu dans les manga au Japon, il ne semble pas qu’un équivalent soit sorti en France. A noter, car c’est amusant, que deux Power Rangers (dans la première époque de la série), Kimberley et Billy, échangent un jour leur corps à cause d’une invention du Ranger Bleu.

¤ Possession : C’est comme l’échange de corps, mais à sens unique. Oui, c’est contradictoire (mais j’écris ce que je veux d’abord). En gros, un homme prend possession (au sens fantomatique du terme) d’une femme, ou l’inverse, agit à la place du véritable propriétaire, ou reste bloqué en tant que simple spectateur. Parmi les séries rattachées à cette catégorie, nous pouvons citer l’anime Ginban Kaleidoscope où le fantôme d’un jeune aviateur occupe bien malgré lui le corps d’une patineuse loin d’en être ravie.

¤ Transformation magique : La plus importante des catégories avec le travestissement, car la transformation magique permet tout et n’importe quoi. Pas besoin de trouver de causes réalistes et/ou logiques tant que la magie s’en mêle, c’est 100% réversible, et nous ne savons jamais à quoi nous attendre avec. Porte-étendard de ce genre : Ranma ½, bien entendu ; le représentant parfait de sa catégorie, et qui montre bien que c’est avant tout un support comique, là où le travestissement pouvait avoir une implication fréquemment plus profonde. Parmi les autres séries faisant appel à la transformation magique, comptons Majikaru Taruruto-kun ou Ah ! My Goddess pour les plus connues.

¤ Autre : Malgré le nombre somme toute loin d’être négligeable de catégories, certaines séries ne rentrent dans aucunes d’elles ; et je ne parle pas des titres qui cumulent plusieurs types de TG, mais de TG atypiques. L’exemple typique est Futaba de Futaba-kun Change, qui change de sexe comme de chemise quand il est stressé, et ce à cause d’une particularité génétique présente dans sa famille.

Voilà, vous savez tout. Reste maintenant à répondre à la grande question : en quoi les TG manga (et les TG anime puisqu’il a aussi été question plus haut) sont intéressants ? Et bien tout simplement car ils peuvent – sous réserve que l’aspect TG soit correctement traité – être à la fois extrêmement drôle, mais aussi dramatique et poignant ; rarement les deux ensembles évidemment, car cela dépend de l’angle d’attaque du thème par un auteur, mais un mangaka comme Tsukasa Hojo est tout à fait à même de concilier les deux.
Le fait qu’une personne doive se faire passer pour quelqu’un d’un autre sexe, avec la somme de gêne et de quiproquos que cela peut entraîner, peut donner lieu à des situations délirantes et hilarantes. Nous rions au dépend du personnage, en remerciant le ciel de ne pas être à sa place.
Et quand quelqu’un souhaite de tout son cœur changer de sexe, nous entrons là dans le domaine de l’âme humaine, de la souffrance silencieuse de ceux qui ne sont pas ce qu’ils voudraient être. L’identité sexuelle est par ailleurs un des problèmes majeurs de l’adolescence, et découvrir une œuvre traitant de ce sujet en profondeur peut amener le lecteur à réfléchir et à être ému par le récit.

Le chef d’œuvre qui montre tout cela bien mieux que moi, c’est le fabuleux Family Compo de Tsukasa Hojo. Alors si jamais vous en avez l’occasion, n’hésiter pas à découvrir ce manga hors norme. Pour ma part, si j’aime ce genre, c’est que ce titre a su en dégager toutes les qualités.

Publicités
Cet article, publié dans Culture G, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s